Les Héroïques – Le parcours touchant d’un ex-junkie

Les Héroïques – Le parcours touchant d’un ex-junkie

22 octobre 2021 0 Par doisjelevoir

Les Héroïques : Michel, ancien junkie, est un éternel gamin qui ne rêve que de motos et traine avec son grand fils Léo et ses copains. À cinquante ans, il doit gérer le bébé qu’il vient d’avoir avec son ex, et se bat pour ne pas répéter les mêmes erreurs et être un mec bien. 

Les Héroïques
Les Héroïques

Les Héroïques

Note : 3.5 sur 5.

C’est un long-métrage de Maxime Roy dans la ligné de son court-métrage Beautiful Loser. Il a écrit le scénario avec l’acteur principal François Creton. Les Héroïques a été présenté en séance spéciale au Festival de Cannes 2021. 

J’ai trouvé ce drame ayant pour thématique la drogue vraiment bien. 

Tu peux douter que la vérité soit parfois mensonge

Je suis sensible à ce genre de thématique. La drogue est un fléau et détruit des vies par la dépendance qu’elle provoque. Quand on se penche sur cela, ça peut donner des choses profondes. Ce récit est vraiment intéressant. On va suivre cet ancien junkie dans sa vie après sevrage. Avec son addiction, il n’est cependant jamais vraiment fini. Les traces tant physiques que psychologiques font que le combat est constant même après des mois sans consommation. Nous allons donc observer le parcours pour retrouver une vie “normale”. Il y aura sa recherche de travail, la fréquentation de son centre de désintoxication mais aussi ses relations avec l’extérieur. On le verra dans ce quotidien du renouveau mais aussi dans ses coups bas. 

Le personnage de Michel est très fort. On sent une vraie volonté de sa part de se battre pour s’en sortir.  Ce combat fait qu’il va être prenant de le suivre. L’attachement émotionnelle se fait au fur et à mesure. J’ai été touché par son obstination. Il ne veut plus de cette vie et de la déchéance qui lui était promise. Même si ce n’est pas facile, il veut devenir un bon père, un bon conjoint et un bon fils. 

Doute jamais de mon amour

L’histoire s’inspire en partie de la vie de François Creton. Il était donc tout désigné pour ce rôle. Cela se voit qu’il est totalement impliqué dedans. Cela donne d’autant plus force. Je tenais aussi à saluer les seconds rôles qui sont géniaux. J’aime la fraicheur de Roméo Créton dans le rôle du fils. Et que dire de Richard Bohringer en un père dur et distance. Le tableau va bien être complété par Clotilde Courau vue cette année Benedetta et Patrick d’Assumçao qui est aussi à l’écran en ce moment dans L’Homme de la cave.  

Tous ces personnages gravitant autour de Michel vont nous montrer le rôle primordial des proches dans ce processus de sevrage. Ce sont ces soutiens qui vont le booster pour aller mieux, et au contraire les brouilles émotionnelles qui vont le refaire plonger. Même si j’ai accroché avec Michel, je regrette qu’il ne soit pas plus fouillé. En effet, on voit totalement son présent et c’est bien détaillé, cependant son passé est flou. On le comprend à travers quelques phrases mais cela reste vague. J’aurais aimé savoir pourquoi il est tombé dans la drogue par exemple, ou encore ce qu’il ressent dans son addiction. On reste centré sur les conséquences sans avoir les causes. Je trouve que c’est pourtant indispensable dans ce genre de thématique.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Visitez le site de notre Partenaire YouthCulture