Notre-Dame brûle – Un film catastrophique pour un incendie historique

Notre-Dame brûle : Le long métrage de Jean-Jacques Annaud, reconstitue heure par heure l’invraisemblable réalité des évènements du 15 avril 2019 lorsque la cathédrale subissait le plus important sinistre de son histoire. Et comment des femmes et des hommes vont mettre leurs vies en péril dans un sauvetage rocambolesque et héroïque. 

Notre-Dame brûle | Pathé
Notre-Dame brûle | Pathé

Notre-Dame brûle

Note : 1 sur 5.

C’est une réalisation de Jean-Jacques Annaud avec son CV impressionnant de quatre Césars et un Oscar. Son dernier film date de 2015 avec Le Dernier Loup. Il a écrit le scénario avec Thomas Bidegain (Les Frères Sisters). Ce drame français est disponible le 16 mars 2022 en salle.

Retour sur un jour qui a marqué la France

C’était le 15 avril 2019 que la France s’est arrêtée de respirer devant un de ses plus beaux monuments en feu. Des dizaines de millions étaient devant leur télévision, voire même des centaines à travers le monde. Durant des heures donc les pompiers vont tout faire pour éteindre les flammes embrasant le monument le plus visité au monde. C’est avec peu de recul que Notre-Dame brûle va raconter donc ce qui s’est passé. Reconnaissons une chose à ce film, c’est qu’au moins il leur rend hommage.    

À part ça, rien ne va avec ce film. C’est une véritable catastrophe. Il y avait beaucoup de choses qui auraient pu être faites avec cet événement dramatique. Son ampleur unique et internationale avait en effet beaucoup de choses à raconter. Malheureusement, Jean-Jacques Annaud va très vite tomber dans le pathos et ne jamais en sortir. À aucun moment, la réelle intensité de cet incendie va ressortir. Le symbole est par exemple la scène où la flèche de la cathédrale tombe. Celle-ci passe de manière anodine. On ne ressent aucune émotion dans ce qui arrive.   

Notre-Dame brûle | Pathé
Notre-Dame brûle | Pathé

J’aime cet article de Notre-Dame brûle

Où les pompiers ont sauvé Notre-Dame

On peut retenir la bonne idée d’utiliser des images d’archives. Malheureusement, celles-ci seront mal exploitées. Elles sont placées à chaque instant et ça devient fatiguant à la longue. On a l’impression que c’est un peu une solution de facilité. Tout ça sans compter que la qualité est ressort mal sur grand écran. Une pensée à l’image utilisée du ministère de l’Intérieur avec son logo gigantesque. Ce genre de détail empêche l’immersion. Le manque d’inspiration se retrouve aussi dans la photographie qui est beaucoup trop évidente. On ne force pas la poésie, elle doit se faire naturellement. Les plans à connotations religieuses sont lourds. Il est normal que le plan spirituel soit abordé, mais ce n’est pas fait convenablement. Ces séquences sont trop évidentes et se voient venir de loin.   

Pour ne rien arranger les acteurs sont quand même assez mauvais. Une pensée à Anne Hidalgo qui montre qu’il n’y a pas qu’en politique qu’elle sonne faux. Quant aux pompiers, ils n’y croient tout simplement pas et cela se ressent. C’est vraiment difficile de rentrer dans la tension d’un incendie historique si on a l’impression que ceux venus pour l’éteindre ne sont pas touchés. Les rôles sont tournés de manière un peu ridicule par moments à l’image du pompier spécialiste des œuvres qui ne sait même pas ce qu’est la couronne du Christ. C’est dommage, car tout cela rend le film imbuvable. 

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :