L’homme de la cave – François Cluzet se terre pour rependre son venin

L’homme de la cave – François Cluzet se terre pour rependre son venin

15 octobre 2021 2 Par doisjelevoir

L’homme de la cave : A Paris, Simon et Hélène décident de vendre une cave dans l’immeuble où ils habitent. Un homme, au passé trouble, l’achète et s’y installe sans prévenir. Peu à peu, sa présence va bouleverser la vie du couple. 

L'homme de la cave
L’homme de la cave

L’homme de la cave

Note : 4 sur 5.

C’est une réalisation de Philippe Le Guay dont le dernier film Normandie Nue avait déjà à l’affiche François Cluzet. Le scénario a été écrit avec Gilles Taurand (Réparer Les Vivants) et Marc Weitzmann. Ils se sont basés sur une histoire vraie vécue par des amis de Philippe Le Guay. 

J’ai trouvé que L’Homme de la cave était un très bon thriller. 

Sentir votre peur

L’histoire devient rapidement prenante. Elle commence tranquillement avec cet homme que l’on trouve un peu suspect. Rapidement, on va voir ce qui ne cloche pas chez lui. Seulement, il est trop tard pour Simon et Hélène qui ne peut plus s’en débarrasser. La lutte commence alors. C’est vraiment très prenant de voir ce duel entre eux. Cela se transforme en une guerre psychologique.   

J’ai adoré les personnages qui s’opposent. Déjà à commencer par le vieux Fonzic. Très mystérieux, il se dévoile au fur et à mesure. Sa façon de parlons est géniale car elle est douce malgré ses propos tendancieux. Il cherche à convaincre en se faisant passer pour la voix de la sagesse. Nous sommes en plein dans le délire “complotiste”. J’aime le décalage entre sa sureté et sa tranquillité, et l’agacement agressif e ses adversaires. C’est tout de même de leur point de vue qu’on sera le plus axé. Au début Simon et Hélène vont être unie contre lui mais le temps va fissurer leur combat. Ils n’ont pas la même vision des choses. Alors que lui veut rester sur un plan légal et froid, elle va rentrer plus dans le côté polémique et émotionnel.   

C’est ce qu’il attend

Les acteurs sont véritablement fantastiques en commençant par François Cluzet. Il maitrise à la perfection son rôle. Pour lui tenir tête, on peut compter sur un très bon Jérémie Renier qu’on a déjà vu cette année dans Slalom. Il y aura aussi une Bérénice Bejo vraiment impliquée. J’aime l’intensité qu’elle met dans son rôle. À noter la belle prestation de Victoria Eber dans le rôle de la fille rebelle. 

Ce qui est le plus passionnant est la thématique de fond. Attention car je vais révéler une partie de l’intrigue en parlant de cela. L’homme dans la Cave va aborder le sujet du négationnisme. On entre alors sur une pente qui aurait pu être glissante mais que le film arrive à bien gérer. Plein de questions sont soulevés sur le problème du négationnisme. Déjà qu’est-ce que cela veut dire ? On aura le point de vue d’un homme l’étant. Ensuite, est-ce que cela veut dire automatiquement être antisémite ? Des points sensibles dont j’ai aimé le désamorçage. Dommage cependant que la scène finale soit trop brutale dans l’intention. En effet, tout le thriller arrive à garder une nuance perturbante mais là c’est trop cash. Il y a presque comme une volonté de se désolidariser du personnage de Fonzic.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Visitez le site de notre Partenaire YouthCulture