Les Minions 2 : Il était une fois Gru – L’overdose de Minions n’est pas loin

Les Minions 2 : Il était une fois Gru : Alors que les années 70 battent leur plein, Gru qui grandit en banlieue au milieu des jeans à pattes d’éléphants et des chevelures en fleur, met sur pied un plan machiavélique à souhait pour réussir à intégrer un groupe célèbre de super méchants, connu sous le nom de Vicious 6, dont il est le plus grand fan. Il est secondé dans sa tâche par les Minions, ses petits compagnons aussi turbulents que fidèles. Avec l’aide de Kevin, Stuart, Bob et Otto – un nouveau Minion arborant un magnifique appareil dentaire et un besoin désespéré de plaire – ils vont déployer ensemble des trésors d’ingéniosité afin de construire leur premier repaire, expérimenter leurs premières armes, et lancer leur première mission.

    

Les Minions 2 : Il était une fois Gru | Universal Pictures
Les Minions 2 : Il était une fois Gru | Universal Pictures


Les Minions 2 : Il était une fois Gru

Note : 3 sur 5.

C’est une réalisation commune de Kyle Balda qui a fait Les Minions et Moi, Moche et Méchant 3, Brad Ableson et Jonathan Del Val, animateur sur Les Minions. Le scénario a été écrit par Matthew Fogel.  Ce film d’animation américain est sortie le 6 juillet 2022 en salle.

Après les origines des Minions voici celle de Gru

La franchise préférée d’Illumination revient de nouveau sur grand écran. Après avoir été connu du grand public dans Moi, moche et méchant en 2010 avant d’enchaîner avec Moi, moche et méchant 2 en 2013 et d’avoir eu leur propre spin-off/préquelle avec Les Minions, puis enfin les revoir pour Moi, moche et méchant 3. C’est donc la 5e fois qu’on les verra. Une utilisation incessante. À la fin de ce second opus des Minions, on va même se demander quand ça va enfin s’arrêter.    

Certes, ce film n’est pas mauvais, mais on commence un peu à fatiguer. Le charme de ces petites bêtes jaunes n’est plus du tout le même qu’au premier jour. Leur concept étant assez simpliste, faire des bêtises, il est très dur de se renouveler. Bien entendu pour les plus jeunes, cela ne posera pas de problème, mais pour un public qui commence à devenir adulte la limite se fait sentir. Les sketchs n’ont pas le même impact qu’avant même si plusieurs vont quand même bien faire rire. On sent une petite lassitude au niveau de l’écriture. De plus, les voir parler de mieux en mieux n’arrange pas la donne.   

Les Minions 2 : Il était une fois Gru | Universal Pictures
Les Minions 2 : Il était une fois Gru | Universal Pictures

Direction les années 70

Heureusement voir l’enfance de Gru donne plus d’animation. Il va être en interaction avec plusieurs personnages notamment son idole de jeunesse. Cela permet d’avoir une histoire construite qui maintient l’attention. Malheureusement, la cohérence globale du personnage n’est donc pas des meilleurs. Par exemple vouloir lui donner directement l’image mignonne sympathique que le grand public qui connaît après son évolution des trois films n’est pas logique. On aurait aimé le voir dur comme ses débuts dans le premier.   

Pour prendre un peu de recul ne soyons tout de même pas trop sévère, car c’est un moment de divertissement. L’ennui n’est pas présent, mais l’amusement si. La franchise commence à perdre du souffle, mais ce n’est pas pour autant que cela fait qu’on passe un mauvais moment. Surtout que visuellement, c’est toujours impeccable.   

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :