Si on chantait – Une comédie avec un air de bonheur

Si on chantait – Une comédie avec un air de bonheur

4 novembre 2021 0 Par doisjelevoir

Si on chantait : Quiévrechain, ville industrielle du nord de la France. Après la fermeture de leur usine, Franck, passionné de variété française décide d’entraîner ses anciens collègues, Sophie (dont il est secrètement amoureux), José (qui chante comme une casserole), et Jean-Claude (ancien cadre un peu trop fier) dans un projet un peu fou : monter une entreprise de livraisons de chansons à domicile, SI ON CHANTAIT ! Départs en retraite, anniversaires ; à force de débrouille, ils commencent à avoir de plus en plus de demandes.  

Si on chantait
Si on chantait

Si on chantait

Note : 4 sur 5.

C’est le premier long-métrage de Fabrice Maruca qui était avant sur les formats court. Il a écrit le scénario avec Isabelle Lazard (Une intime conviction) et Alexandre Charlot (Bienvenue chez les Ch’tis). Le 3 novembre 2021 en salle.

J’ai passé un très bon moment devant Si on chantait. 

Aller chez les gens chanter

J’ai trouvé cette comédie vraiment enjouée. Il y a une joie de vivre en la regardant. J’étais transporté dans un univers de sourire. Alors certes, les débuts ne sont pas des plus joyeux. On y parle chômage et échec personnel, mais ça ne dure pas. Du moment où cette idée de livrer des chansons surgit, cela change du tout au tout. Oubliez l’usine qui en fermant a détruit des vies, maintenant on chante l’amour de la vie. Un concept et une histoire simple, mais terriblement efficace, pour donner la banane (à split). 

Qui dit comédie, dit forcément rire pour l’accompagner. En tout cas c’est ce qu’on attend. Je dois dire que de ce point de vue à c’est aussi une réussite. Pour ma part j’ai adoré l’humour toujours juste qui est proposé. Les blagues ne sont ni lourdes ni envahissantes, ce qui permet à l’histoire de se développer un minimum. Pour autant, les reparties sont excellentes. Ses amis n’hésitent pas à se vanner pour notre plus grand plaisir. Aucun fou rire à l’horizon mais l’important était surtout qu’à aucun moment mon sourire ne s’est arrêté.   

Et en plus être payé pour ça !

J’ai aussi apprécié le côté attachant des personnages. Ils ont un espoir en la vie qui est beau. Presque tous viennent d’un milieu précaire et pourtant ils ne vont pas baisser les bras. Ils vont se battre pour leur rêve. À travers eux, le réalisateur a voulu faire un hommage aux gens du milieu ouvrier, et je dois dire que s’est réussi. Mon préféré reste sans conteste le personnage de José joué par Artus. J’adore cet acteur qui m’éclate à chaque fois. Il colle tellement bien à son personnage. Clovis Cornillac est comme toujours à son niveau et Alice Pol n’est pas mal non plus. La belle révélation reste Jeremy Lopez dont j’avais remarqué le potentiel dans L’esprit de Famille l’an dernier. Le casting secondaire aussi ajoute un plus comme avec Chantal Neuwirth et Annie Grégorio de Plus Belle La Vie.   

La force de ce Si on chantait, vous vous en doutez, reste ses musiques. Nous allons revisiter les tubes des années 70 & 80. Si comme moi vous aimez cette période, vous allez vous régaler. Le panel est varié mais on restera dans du répertoire Français. C’est quand même plus agréable de comprendre les chansons. Elles vont bien rythmer le film et nous transporté à travers les mélodies. À noter qu’elles ont été enregistrées en live lors du tournage. Une belle performance qui se ressent à l’écran. En somme, je me suis régalé les oreilles.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Visitez le site de notre Partenaire YouthCulture