Le Dernier duel – Ridley Scott signe un chef d’œuvre historique

Le Dernier duel – Ridley Scott signe un chef d’œuvre historique

16 octobre 2021 2 Par doisjelevoir

Le Dernier duel : Le film dévoile d’anciennes hypothèses sur le dernier duel judiciaire connu en France – également nommé « Jugement de Dieu » – entre Jean de Carrouges et Jacques Le Gris, deux amis devenus au fil du temps des rivaux acharnés. Carrouges est un chevalier respecté, connu pour sa bravoure et son habileté sur le champ de bataille.  

Le Dernier duel
Le Dernier duel

Le Dernier duel

Note : 4.5 sur 5.

C’est Ridley Scott qui retrouve le moyen-âge après Robin des Bois en 2010. Il adapte le livre « Le Dernier Duel : Paris, 29 décembre 1386 » (« The Last Duel : A True Story of Crime, Scandal, and Trial by Combat in Medieval France »), écrit par l’universitaire américain Eric Jager. Le scénario a été écrit par Ben Affleck et Matt Damon, les deux présents dans le film, ainsi qu’avec Nicole Holofcener. 

J’ai trouvé cette nouvelle réalisation de Ridley Scott excellente. 

La vérité importe peu

Le Dernier Duel va donc nous plonger en plein cœur du Moyen Âge à une époque où les affrontements avec les Anglais sont légion. Le roi de France est alors Charles VI. On va retrouver des personnages ayant réellement existé en les personnes de Jacques Le Gris et Jean de Carrouges. Ils vont donc participer au dernier duel judiciaire. Cette pratique consistait à s’affronter à mort suite à un différents, en voyant le vainqueur du combat considéré comme étant celui désigné par Dieu pour être la personne bien fondée des plaidants. Ce jour du 29 décembre 1936 inspira des écrivains comme Jean Froissart et Voltaire. 

Notre côté chauvin aurait aimé que cette histoire nous soit contée par un Français, mais il faut reconnaitre que Ridley Scott le fait à merveille. C’est ce qu’on appelle du grand cinéma. Il n’y a pas à redire là-dessus. Les moments épiques vont être nombreux notamment grâce à des batailles à couper le souffle. Certes il y a beaucoup de violence, mais c’était la norme à l’époque. La musique va venir nous emporter dans cet élan. J’ai aussi adoré le fameux duel. Il sera très authentique sans fioritures. On entend résonner le bruit du métal s’entrechoquant. L’immersion est totale avec une colométrie terne comme pour symboliser la dureté de l’époque. De plus, on aura droit à des décors et des costumes grandioses. Je me croyais vraiment au XIVème siècle. Si on rajoute les plans sublimes, la réalisation touche la perfection. 

Seul le pouvoir des hommes comptes

Toute cette apparence génialissime ne va pas se faire au détriment du scénario. J’ai adoré la construction en trois parties qui nous est proposée. Une du point de vue de Jean de Carrouges. Celle-ci va débuter et nous présenter tous les événements. La force de ce chevalier est bien misée en avant, ainsi que le fait il ne soit pas le plus aimé de la cour. Pour continuer, c’est celui de Jacques Le Gris. Celle-ci va faire relativiser les éléments vus par Jean de Carrouges. Cet écuyer est beaucoup plus malin et moins dans la force. On voit comment il s’attire les faveurs des seigneurs. Pour conclure, ça sera par la vision de Margueritte. Elle va être en décalage car c’est son point de vue de femme, sur des actes que les hommes voient de bonnes manières alors que ça ne l’est pas du tout. L’occasion de nous donner un message à tendance féministe ayant un écho aujourd’hui. Les trois sont parfaitement complémentaires.  J’ai adoré revoir les mêmes scènes mais avec des différences tout de même, allant de points-clés à certains détails. Chacun va pouvoir se faire son idée sur la vérité. Cela permet d’appréhender l’intrigue autrement.   

Cette construction fait que les personnages sont en constante évolution. Il est dur d’avoir un avis figé sur eux. On va passer par toutes les émotions grâce à eux. Le casting est tout simplement extraordinaire. Matt Damon va être comme à son habitude parfaite dans son rôle. Il respire la violence. Je ne suis habituellement pas fan d’Adam Driver mais il respire son rôle. Il maitrise l’aspect ingénieux de celui-ci. Je salue aussi une Jodie Comer impressionnante. Elle est dans la lignée de la bonne impression laissée dans Free Guy. En rôle plus secondaire, on n’aurait pas pu rêver mieux que la performance de Ben Affleck

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Visitez le site de notre Partenaire YouthCulture