Actuellement au cinéma Drame Suisse

Petite sœur – Le lien frère et sœur dans la maladie

Petite sœur : Lisa est une dramaturge allemande qui a abandonné ses ambitions artistiques pour suivre son mari en Suisse et se consacrer à sa famille. Lorsque son frère jumeau Sven, célèbre acteur de théâtre berlinois, tombe malade, Lisa remue ciel et terre pour le faire remonter sur scène. 

Petite sœur
Petite sœur

Petite sœur

Note : 3.5 sur 5.

C’est une réalisation de Véronique Reymond et Stéphanie Chuat qui avaient déjà fait deux films ensemble. 

J’ai trouvé le drame Petite sœur vraiment bien. 

L’épreuve de la maladie

Ce film est vraiment beau à voir. On va s’attaquer à un thème toujours sensible, la maladie. Il n’est jamais facile en effet d’observer un homme plein de vie devenant mal portant. Alors certes, on ne voit aucune image de lui avant, mais on devine par la façon dont parlent ses proches, que cet acteur de théâtre regorgeait de vie. C’est émouvant de voir sa situation. D’autant plus que le lien avec sa sœur jumelle est très fort. Un second axe qui va enrichir le récit. 

Par contre, concernant Sven, on a finalement l’impression de soi ne pas en savoir assez, soit d’en savoir trop. Comme un problème d’équilibrage avec le temps consacré à sa sœur. Elle va rapidement prendre de plus en plus de place pour montre que ce n’est pas de tout repos aussi pour la famille. Celle-ci subit une véritable épreuve face à la maladie de son frère. C’est comme un électrochoc pour prendre sa vie en main. Elle n’est cependant pas toujours facile à cerner.   

Va accentuer leur amour

Il faut tout de même dire que la qualité des acteurs aide à passer outre cela. Ils sont impliqués et leur jeu très juste reflète bien la dure et cruelle réalité. L’Allemand Lars Eidinger est celui qui m’a le plus impressionné même si Nina Hoss assure totalement elle aussi. 

Certes, tous ces éléments font que la partie humaine nous fait vibrer, mais il manque un petit quelque chose pour élever le niveau. Quelque latence empêche le récit d’être fluide. De plus, l’utilisation des personnages secondaires laisse à désirer. Le mari aurait pu avoir plus d’impact. Surtout que la partie familiale de Lisa empêche de réellement se pencher sur elle. Sans pour autant beaucoup apporter.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Visitez le site de notre Partenaire YouthCulture

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :