C.R.A.Z.Y. – Le drame qui a marqué l’histoire du cinéma Québécois

C.R.A.Z.Y. : Un portrait de famille qui dépeint la vie souvent extraordinaire de gens ordinaires à la poursuite de leur bonheur. De 1960 à 1980, entouré de ses quatre frères, de Pink Floyd, des Rolling Stones et de David Bowie, entre les promenades en moto pour impressionner les filles, les pétards fumés en cachette, les petites et grandes disputes et, surtout, un père qu’il cherche désespérément à retrouver, Zac nous raconte son histoire…  

C.R.A.Z.Y. | L'Atelier Distribution
C.R.A.Z.Y. | L’Atelier Distribution

C.R.A.Z.Y.

Note : 3.5 sur 5.

C’est une réalisation de Jean-Marc Vallée. Le Québécois, décédé le 25 décembre 2021 à l’âge de 58 ans, avait aussi fait Dallas Buyers Club. Pour écrire le scénario avec lui, François Boulay s’est inspiré de sa propre vie. C.R.A.Z.Y. a remporté 13 récompenses lors de la cérémonie des Jutras (l’équivalent québécois des César) dont notamment celles du meilleur film et du meilleur réalisateur. Ce drame québécois est sorti le 3 mai 2006 en salle. Il est disponible en VOD sur LaCinetek, UniversCiné, VIVA et PremiereMax. Une versions restaurée 4K, en UHD, BD et DBD chez L’Atelier d’images est en vente.

Un succès historique au Québec

Trois ans avant la première réalisation de Xavier Dolan, C.R.A.Z.Y. posait sa patte sur le cinéma Québécois. Quand on voit ce film en 2022, on voit en partie d’où Dolan tient ses inspirations. Cette histoire d’un jeune homme, devenu adolescent, dans une famille ne le comprenant pas, résonne de façon universelle. 

La construction peut en revanche clairement poser problème. On rentre dans C.R.A.Z.Y. par la première étape choc de la naissance de l’enfant. Sans transition, on passe à sa petite enfance. L’occasion de voir les différences qu’il y a avec ses frères. Un point que n’appréciera pas beaucoup son père conservateur. Alors qu’on commence à bien-être dedans, il va y avoir une rupture totale pour arriver directement à son adolescence. Là, son caractère a beaucoup changé. Il assume désormais sa manière d’être. C’est dommage qu’on ne voie pas cette période intermédiaire qui l’a façonné. On doit juste constater sa personnalité assumée sans en avoir le cheminement.   

C.R.A.Z.Y. | L'Atelier Distribution
C.R.A.Z.Y. | L’Atelier Distribution

Inspirations personnelles

La grande thématique de C.R.A.Z.Y. est l’acceptation de l’autre. Zachary n’est pas comme ses frères. Il n’est pas le modèle du fils qu’aurait voulu son père. Pour autant, cet adolescent va toujours assumer au maximum ses idées. On sent tout le travail que le personnage va faire sur lui-même afin de s’affirmer pour ne pas se laisser manger par la pression ambiante. Il est pourtant bridé dans son épanouissement pour ne pas faire de mal à sa famille. Un jeu d’équilibriste qui est extrêmement bien montré.   

L’acteur Marc-André Grondin est très bon dans ce rôle. Il donne beaucoup de la force à son personnage pour dépasser les différentes épreuves. Le père aussi vraiment exceptionnel. Michel Côté va être la principale confrontation de son fils. En revanche, les personnages secondaires sont décevants. On peut critiquer le fait qu’ils n’ont aucune évolution. Le comportement des frères est le même une fois adulte, qu’adolescent.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :