Non classé

Minari – Le drame récompensé aux Oscars, Golden Globes et BAFTA Awards (Drame – Très bien – Cinéma)

Une famille américaine d’origine sud-coréenne s’installe dans l’Arkansas où le père de famille veut devenir fermier.

C’est la seconde réalisation de Lee Isaac Chung. Il en a aussi écrit le scénario. Ce film a reçu de multiples récompenses dont l’Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle pour Yuh-Jung Youn, mais aussi le BAFTA Awards pour la même catégorie, et le Golden Globes du Meilleur film en langue étrangère. Il a aussi été récompensé dans le prestigieux Festival de Sundance.

Ce drame est le dernier lauréat qui n’était pas encore sorti en France. Comme la plupart de ses camarades, on sent une qualité qui se traduit par une séance agréable.

C’est un drame tout ce qu’il y a de plus classique qui nous est proposé. Cependant, l’application est sans accroche et permet d’en faire une valeur sure. On va donc suivre l’histoire de cette famille d’origine Coréenne, qui vient vivre dans l’état de l’Arkansas pour faire une ferme. Le récit va donc nous amener dans l’Amérique rurale, d’autant plus que cela se passe dans les années 80. Par la dureté de gagner leur vie grâce à leur propre affaire, j’avais l’impression d’avoir affaire à un anti « American Dream ».

J’ai donc apprécié être plongé avec eux dans cette nouvelle aventure de leur vie. Chaque membre ne va pas s’adapter de la même manière à ce renouveau. Le mari veut tout donner pour montrer qu’il est digne de subvenir aux besoins des siens, la femme subit ce changement, et les enfants n’aiment pas voir leur foyer mouvementé.

Tout cela est très touchant. La simplicité aide à trouver facilement de la beauté. Le film va beaucoup jouer sur le côté nature. Les personnages se doivent d’être en osmose avec leur environnement pour avancer. Pour le père cela va être avec sa terre, et pour le fils, la nature soulageant son corps. L’apport de la grand-mère apporte une touche d’originalité qui est la bienvenue.

Le casting, qui n’est pas des plus connus au cinéma, se débrouille merveilleusement bien. J’ai aimé le caractère de Steven Yeun. L’enfant joué par Alan S. Kim est aussi à croquer. Il donne une touche affectueuse à ce drame. Avec son Oscar et son BAFTA, Yuh-Jung Youn reste sans doute celle qui se démarque le plus à l’écran.

%d blogueurs aiment cette page :