Action Amazon Prime Video Américain Science-fiction

Chaos Walking – Une SF plus tiède que chaotique

Chaos Walking : Dans un futur proche, les femmes ont disparu. Le monde de Todd Hewitt n’est habité que par des hommes, et tous sont soumis au Bruit, une mystérieuse force qui révèle leurs pensées et permet à chacun de connaître celles des autres.

Chaos Walking

Note : 3 sur 5.

C’est Doug Liman, réalisateur de Edge Of Tomorrow, qui a adapté le roman « La Voix du couteau », issue de la trilogie littéraire de science-fiction « Le Chaos en marche » de Patrick Ness. Ce dernier a écrit le scénario avec Christopher D. Ford (Spider-Man : Homecoming).

Forcément, voir Tom Holland en dehors de son costume de Spider-Man est une curiosité, et m’a poussé à voir ce Chaos Walking qui est pas mal.

Tout le monde voit les pensées des hommes

Ce film de science-fiction se base sur un concept plutôt cool du « bruit ». Il ne faut pas prendre ce terme au sens propre, car il s’agit en réalité des pensées qu’ont les hommes vivant sur cette planète. J’étais un peu sceptique au début sur cela, mais force est de constater que l’utilisation donne une certaine force. Cela ne va pas être juste un élément de décor, mais à de nombreuses reprises décisif pour l’avancement de l’histoire. À aucun moment ça ne fait forcer et il faut aussi reconnaitre que visuellement c’est plutôt très bien fait.

Une fois qu’on a adhéré avec ce bruit, on se laisse porter jusqu’à un certain point. En effet, malgré l’enthousiasme que j’avais sur cette idée, le reste du scénario ne va pas être du même acabit.

Bien que l’avancée du récit en lui-même soit assez fluide, c’est tous les à côté qui à côté. L’historique de la présence de cette colonie, et son rapport avec cette planète sont presque occultés. À part à quelque rare reprise, c’est un peu mis sous silence. Le problème est que les éléments fournis ne sont pas très convaincants. Pourquoi les colonies sont éparpillées ? Quel est le rapport de forces avec les Autochtones ? Autant de questions qui m’ont empêché de m’immerger totalement dedans.

Publicités

Mais personne voit celles des femmes

Tout ce côté approximatif est un peu à l’image de la production difficile de ce film. Entre le changement de réalisateur, les reshots deux ans après car les projections test étaient peu convaincantes, et les déboires de Tom Holland, Chaos Walking porte bien son nom.

Il ne faut pas retirer au jeune acteur Américain que sa performance est plus que convenable. Déjà car il n’est pas facile de tourner sans parler pour rajouter ses pensées en voix post-prod. Il faut aussi prendre en compte que le tournage de ce film a eu lieu avant celui de Spider-Man : Far From Home. Sa maturité dramatique vue dans Le Diable, tout le temps (2020) et Cherry (2021) n’est pas forcément présente, et ça se remarque sur certains passages. Je n’ai en revanche pas été fan de Daisy Ridley que je trouve assez quelconque. Leur « petite histoire » n’avait pas non plus grand intérêt.

Heureusement, Mads Mikkelsen en tant que maire du village impose le respect. Même si on ne le voie pas beaucoup, c’est suffisant pour que le Danois impose son talent. J’ai aussi beaucoup aimé le rôle de David Oyelowo. Le Britannique amène une certaine force de caractère.

Publicités

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

%d blogueurs aiment cette page :