Don’t Worry Darling – Florence Pugh brise sa condition de ménagère

Don’t Worry Darling : La chronique d’une communauté isolée dans le désert californien en plein cœur des années 1950, au sein de laquelle une femme au foyer voit sa vie être chamboulée. 

Don't Worry Darling | Warner Bros.
Don’t Worry Darling | Warner Bros.

Don’t Worry Darling

Note : 4 sur 5.

C’est la seconde réalisation d’Olivia Wilde après Booksmart en 2020. Le scénario final a été écrit par Katie Silberman qui avait déjà collaboré avec elle. Don’t Worry Darling a été présenté au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2022 et à la Mostra de Venise 2022.  Ce thriller américain est sorti le 21 septembre 2022 en salle.

Une société utopique

Il a défrayé la chronique avec de nombreux scandales, voici enfin Don’t Worry Darling sur nos écrans. Rien que pour Florence Pugh et Harry Styles, l’attente est au plus haut.   

Dès le début, on va être plongé dans une ambiance année 50 de banlieue américaine. C’est le symbole de la société utopique dans l’imaginaire collectif. Bien que ce soit une force au départ, ce style va lasser par sa redondance. Alice se rend compte que quelque chose cloche. Ces parties vont rajouter du piment. On peut regretter toutes fois que les révélations finales se fassent un peu tard. Cela empêche de les développer correctement. Surtout qu’il y a un sentiment de forcer scénaristiquement laissant un bon nombre d’incohérences.   

Don't Worry Darling | Warner Bros.
Don’t Worry Darling | Warner Bros.

La libération de la femme

Le message de fond est percutant. On voit comment des hommes ont ce besoin de domination pour être satisfait. Leur bonheur manichéen se fait à travers l’asservissement de femme se transformant en ménagère. Elles perdent leur condition d’être humain. Alice va tenter de casser cette dynamique néfaste. Elle se rend compte que ce fonctionnement n’est pas normal. 

Dans ce rôle, Florence Pugh est exceptionnelle. Elle montre encore une fois tout son talent. Dommage que pour l’accompagner Harry Styles ne soit pas au même niveau. Son jeu va être trop linéaire. On regrette que Shia LaBeouf se soit retiré du projet même si les raisons sont justifiées. Chris Pine, non plus n’est pas marquant. En revanche, le casting féminin à l’image de Gemma Chan, Sydney Chandler, mais aussi Olivia Wilde, font forte impression.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :