Chronique d’une liaison passagère – La romance interdite de deux amants

Chronique d’une liaison passagère : Une mère célibataire et un homme marié deviennent amants. Engagés à ne se voir que pour le plaisir et à n’éprouver aucun sentiment amoureux, ils sont de plus en plus surpris par leur complicité…  

Chronique d'une liaison passagère | Pyramide Distribution
Chronique d’une liaison passagère | Pyramide Distribution

Chronique d’une liaison passagère

Note : 3.5 sur 5.

C’est une réalisation d’Emmanuel Mouret, un spécialiste de la romance dont les dernières œuvres étaient Mademoiselle de Joncquières (2018) et Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait (2020). Il a été écrit par Pierre Giraud. Chronique d’une liaison passagère a été présenté dans la sélection Cannes Première au Festival de Cannes 2022. Cette romance française est sortie le 14 septembre 2022 en salle.

Problématique intéressante

Dans un film entre drame et romance, Sandrine Kiberlain et Vincent Macaigne. Ils vont venir casser les codes de la morale. On va venir au sein d’un couple illicite voir ce qui advient à ce mari et à sa maîtresse.   

Ce point de vue est perturbant. On va se plonger dans la tête de cet homme trompant sa femme. Le choix de ne jamais montrer celle-ci évite de s’attacher à elle et donc de le diaboliser pour ses actes. On sent une volonté de créer une compassion avec lui. Un “pauvre homme marié” bloqué entre ses obligations familiales et son nouvel amour. Cependant, il est difficile de se retirer de la tête qu’au final, Simon reste un homme méprisable trompant sa femme.   

Chronique d'une liaison passagère | Pyramide Distribution
Chronique d’une liaison passagère | Pyramide Distribution

La performance des deux acteurs

En revanche tout le reste est vraiment réussi. La dynamique de leur relation avec ce jeu du chat et de la souris fonctionne bien. Les deux s’aiment, mais n’osent pas se l’avouer, car ils se sont promis une relation simple et sans contrainte. Cette romance et tous ces aléas sont prenants à suivre. Une force sentimentale s’en dégage. On arrivera même à s’émouvoir sur la fin malgré l’angle peu orthodoxe du film.  

Il faut dire que Sandrine Kiberlain et Vincent Macaigne sont géniaux dans leur rôle. Elle dans la femme libérée et lui en cet homme n’assumant pas ses actes. Leur complémentarité va faire effet avec l’évolution de la relation. Des moments bien présentés qui sont accompagnés d’une musique entraînante. La présence de Georgia Scalliet est importante. Elle va ajouter le coup de boost qui permet au film de ne pas baisser.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :