Kompromat – Gilles Lellouche poursuivit par l’Etat Russe

Kompromat : Russie, 2017. Mathieu Roussel est arrêté et incarcéré sous les yeux de sa fille. Expatrié français, il est victime d’un « kompromat », de faux documents compromettants utilisés par les services secrets russes pour nuire à un ennemi de l’Etat. Menacé d’une peine de prison à vie, il ne lui reste qu’une option : s’évader, et rejoindre la France par ses propres moyens… 

Kompromat | SND
Kompromat | SND

Kompromat

Note : 3.5 sur 5.

C’est une réalisation de Jérôme Salle qui est à l’origine de l’adaptation de Largo Winch en 2008. Pour écrire ce nouveau scénario avec Caryl Ferey, ils se sont inspirés librement d’une histoire vraie, celle de Yoann Barbereau. Le français l’avait raconté dans le livre Dans les geôles de Sibérie. Ce thriller français sortie le 7 septembre 2022 en salle.

La découverte de la Russie

Quand une histoire originale forte est transposée sur grand écran, on s’attend à ce que le cinéma la sublime. Kompromat ne va malheureusement pas mettre en avant le périple de Yoann Barbereau. L’ancien directeur de l’Alliance française d’Irkoutsk n’a pas été impliqué dans le film. Il n’a pas apprécié le résultat. Pour la petite histoire, en 2021 il a obtenu gain de cause en voyant la Russie condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Pourtant, ce thriller va bien commencer. On est bien mis dans l’atmosphère glaciale de la Sibérie orientale. Les enjeux se mettent en place. Le contexte est expliqué clairement pour comprendre le rouage dans lequel est coincé Mathieu Roussel. Jusqu’à ce que le piège se referme sur lui, l’intensité va monter. Le passage par la case prison va rajouter une part de danger. Le spectateur craint pour la vie du protagoniste. Pour sauver sa vie, les options vont être réduites. La réalisation ne laisse aucun doute sur son innocence afin de montrer le principe de la Kompromat.

Kompromat | SND
Kompromat | SND

Un grand Gilles Lellouche

En revanche, du moment où il part en cavale pour fuir le pays, cela part dans tous les sens. Il y a une volonté de romancer le récit pour qu’il passe bien à l’écran. Cela semble beaucoup trop forcé. Pourtant, à écouter Yoann Barbereau, il n’y avait pas besoin de toutes ces fioritures. Le côté réaliste disparaissant, l’immersion se fait plus difficulté. L’ajout du personnage de Svetlana montre la volonté trop importante de parasiter le cœur de l’histoire avec du superflu. Pour ne rien arranger, tous ces éléments vont ajouter de l’incohérence. Le comportement des personnages est trop forcé. Heureusement, les qualités de la photographie et de la bande originale, permettent de maintenir l’attention du spectateur. 

Bien que son personnage agace, la prestation de Gilles Lellouche est impeccable. L’acteur a un charisme naturel lui permettant de maintenir à flot les passages bancals. Même si Svetlana n’apporte rien, la Polonaise Joanna Kulig réussie une belle prestation. Elle s’était révélé dans Cold War. Globalement, tous les membres du casting sont convaincants. 

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :