Peter von Kant – François Ozon ne vise pas juste

Peter von Kant : Peter Von Kant, célèbre réalisateur à succès, habite avec son assistant Karl, qu’il se plaît à maltraiter. Grâce à la grande actrice Sidonie, il rencontre et s’éprend d’Amir, un jeune homme d’origine modeste. Il lui propose de partager son appartement et de l’aider à se lancer dans le cinéma…

    

Peter von Kant | Diaphana Distribution
Peter von Kant | Diaphana Distribution


Peter von Kant

Note : 2 sur 5.

C’est une réalisation de François Ozon. Il fait une adaptation libre de la pièce Les Larmes amères de Petra von Kant de Rainer Werner Fassbinder. Le français qui jette son dévolu pour la seconde fois sur une œuvre de Rainer Werner Fassbinder après Gouttes d’eau sur pierre brûlante.  Cette comédie dramatique française est sortie le 6 juillet 2022 en salle.

François Ozon passe à côté

François Ozon est l’un des réalisateurs français le plus célèbre du paysage cinématographique. Il nous revient avec cette nouvelle œuvre qui va encore décevoir. Depuis Grâce à Dieu, il n’arrive pas à impacter autant. Cette fois François Ozon nous propose d’aller en Allemagne pour suivre un réalisateur. L’occasion de plonger au fond de son âme.   

Peter von Kant va donc être centré sur cet homme. On va voir son quotidien qui n’est pas commun. Le problème vient rapidement, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Si seulement cela avait été plus penché sur son côté réalisateur, ça aurait pu être intéressant. Nous allons plus nous pencher sur ses différentes relations humaines. Encore une fois, celles-ci n’ont pas le grand intérêt. Entre sa meilleure amie intéressée et l’homme dont il se prend amoureusement ce n’est pas très jouasse.   

Peter von Kant | Diaphana Distribution
Peter von Kant | Diaphana Distribution

Un contenu vide

Le problème est qu’on n’arrive pas à s’impliquer avec lui. Il va y avoir un amoncellement de dialogues qui ont du mal à retenir l’attention du spectateur. Finalement, on voit tout ce qui se passe sans s’impliquer. Cela fait qu’émotionnellement ça n’arrive jamais à décoller. Sur la fin, il y a une tentative de partir dans des lyrics endiablés, mais c’est beaucoup trop tard. François Ozon explore des thématiques sur le mal-être humain, malheureusement comme souvent, il n’arrive pas à s’engager assez pour rendre cela intéressant.   

Heureusement que Denis Ménochet au casting arrive à tenir un minimum les meubles. C’est un rôle à contemporain, mais pourtant, il arrive à donner tout ce qu’il a et ça se sent. S’il ne fallait retenir qu’une chose de ce film, ce serait sa performance. Malgré la présence d’Isabelle Adjani, le casting secondaire n’apporte rien.    

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :