Les Heures heureuses – Les pellicules racontent un hôpital psychiatrique pas comme les autres

Les Heures heureuses : Sous le régime de Vichy, 45 000 internés sont morts dans les hôpitaux psychiatriques français. Un seul lieu échappe à cette hécatombe. À l’asile de Saint-Alban, soignants, malades et religieuses luttent ensemble pour la survie et accueillent clandestinement réfugiés et résistants. Grâce aux bobines de films retrouvées dans l’hôpital, Les Heures Heureuses nous plonge dans l’intensité d’un quotidien réinventé où courage politique et audace poétique ont révolutionné la psychiatrie après-guerre. 

Les Heures heureuses | À Vif Cinémas
Les Heures heureuses | À Vif Cinémas

Les Heures heureuses

Note : 3 sur 5.

C’est une réalisation de Martine Deyres. Ce documentaire français est sortie le 20 avril 2022 en salle.

Un centre pas comme les autres

Durant des années après leur création, les hôpitaux psychiatriques avaient très mauvaise réputation. Les avancées en médecine n’étant pas ce qu’elles sont actuellement le caractère psychologique du patient étaient souvent méprisées. C’est dans ce contexte qu’on va se pencher sur le centre hospitalier François-Tosquelles qui se situe en Occitanie. En secret, ce lieu va habiter des réfugiés et des résistants face à l’opposition nazie. 

Ce documentaire va donc être une grande source de vie. Nous sommes loin des images que l’on peut croiser à l’époque avec des patients qui souffrent. Cette autre vision donne un espoir sur la manière dont peuvent être traités les gens pour soigner ces maladies psychologiques. Il y a une démarche qui est véritablement positive. Elle en devient même touchante dans l’implication de son narrateur. 

Les Heures heureuses | À Vif Cinémas
Les Heures heureuses | À Vif Cinémas

Des archives pour nous faire revivre ces instants à part

Tout cela est présenté sous une forme efficace. D’un point de vue esthétique, c’est à ravir. Il y a beaucoup d’images d’archives qui vont être bien sélectionnées pour aller avec les propos. Les heures heureuses mêlent des archives filmées par les infirmiers de l’hôpital et des images tournées par le psychiatre Francesc Tosquelles. C’est génial de revoir tout cela sous forme de bobine. Ça apporte un grain tout particulier au visionnage.   

Malheureusement, malgré toutes ces bonnes intentions, il y a quand même un grand hic. La mise en place est assez laborieuse. Il faut avoir un minimum de base sur le film pour ne pas être perdu dès le début. Cela peut sembler évident, mais dans un documentaire la force d’une construction est que n’importe qui peut regarder sans ne rien savoir sur le thème. Ce ne sera pas le cas ici. Ce qui est dommage, c’est qu’on a un peu l’impression de naviguer à vue jusqu’à ce que tout se structure. En revanche une fois que les bases sont bien posées cela devient beaucoup plus agréable à suivre. 

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :