Petite Nature – Le poignant récit d’un enfant cherchant des repères

Petite Nature : Johnny a dix ans. Mais à son âge, il ne s’intéresse qu’aux histoires des adultes. Dans sa cité HLM en Lorraine, il observe avec curiosité la vie sentimentale agitée de sa jeune mère. Cette année, il intègre la classe de Monsieur Adamski, un jeune titulaire qui croit en lui et avec lequel il pousse la porte d’un nouveau monde. 

Petite Nature | Ad Vitam
Petite Nature | Ad Vitam

Petite Nature

Note : 3.5 sur 5.

C’est une réalisation de Samuel Theis qui a écrit ce scénario en partie autobiographique en collaboration avec Gaëlle Macé (Memory Box). Petite Nature a été présenté à la Semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes 2021 et a remporté le Valois des Étudiants Francophones au Festival du Film Francophone d’Angoulême 2021. Ce drame français est disponible le 9 mars 2022 en salle.

Dans la tête d’un enfant

Le cinéma est l’occasion d’aborder tous les sujets de société même ceux plus tabous. Dans ce cadre-là, Petite Nature va nous parler d’un enfant d’une dizaine d’années attiré par son professeur. Un thème donc assez délicat dont le film décide de s’emparer. Une histoire qui n’est pas sans rappeler le récent Slalom. On va donc suivre Johnny, un enfant un peu laissé à la dérive. 

Il est intéressant de se pencher sur lui. Ce gamin est un peu torturé. Sa mère n’a clairement pas la maturité pour l’élever et il manque cruellement de stabilité dans sa vie. À l’âge où la famille doit aider à le construire, c’est tout l’inverse. Que ce soit par sa mère ou son frère, il y aura un rapport à la sexualité anormale pour son âge. Il a vu des choses qu’il n’aurait pas dû et personne pour lui expliquer. Johnny est tellement habitué à un rapport d’abandon entre sa mère délaissant ses responsabilités et un père absent, que la seule gentillesse d’un professeur peut faire naître en lui des films. Il a donc du mal à dissocier les signes d’affection. Cette fragilité le rend d’autant plus prenant.   

Petite Nature | Ad Vitam
Petite Nature | Ad Vitam

J’aime cet article de Petite Nature

Qui a le cœur perturbé

Alors que d’un point de vue sentimental, on arrive à le cerner, sur le reste, c’est plus complexe. Son tempérament le rend un peu imprévisible. Son personnage peut passer au coq-à-l’âne en un rien de temps. Une instabilité qu’on peut comprendre, mais qui n’est pas toujours bien gérée. Cela va gêner dans l’évolution du personnage. On peut aussi s’interroger sur le comportement des adultes l’entourant. Ceux-ci n’ont pas souvent la bonne réaction. 

En tout cas le jeune Aliocha Reinert est très prometteur. Il arrive à bien gérer la complexité de son personnage. Autour de lui, c’est moins brillant. Antoine Reinartz comme souvent alterne le bon et le moins bon, et Mélissa Olexa en fait parfois un peu trop. Il n’y aura donc pas vraiment de figure marquante.   

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :