Alerte rouge – Pixar mise tout sur un panda roux géant trop mignon

Alerte rouge : Les aventures de Meilin Lee, une jeune adolescente de 13 ans, pleine d’assurance, mais tiraillée entre son image de petite fille modèle aux yeux de sa mère hyper protectrice et le chaos de l’adolescence. Et comme si tous les changements qui s’opèrent en elle ne suffisaient pas, chaque fois qu’elle est débordée par ses émotions – ce qui, pour une ado, arrive quasiment tout le temps – elle se transforme en panda roux géant ! 

Alerte rouge | Disney/Pixar
Alerte rouge | Disney/Pixar

Alerte rouge

Note : 4 sur 5.

C’est le premier long métrage de Domee Shi. La canado-chinoise avait été Conceptrice de story-board sur Vice Versa. Celle D’ailleurs, pour la première fois, un Pixar va être dirigé par une femme en solo. Ce film d’animation américain est disponible le 11 mars 2022 sur Disney +.

Pixar tape juste encore une fois

On continue dans la vague de Disney / Pixar s’ouvrant aux autres cultures et aux nouvelles générations. Cette fois, on sera à Toronto pour se pencher sur une jeune issue de l’immigration chinoise, à l’image donc de Domee Shi. Un point qui aura son importance, car le Panda Roux Géant vient directement des ancêtres de Meilin. Pour la petite histoire, l’animal du panda roux est originaire du Sud-ouest de la Chine dans les régions riches en bambou. Le récit autour de cette transformation miraculeuse est bien construit. Il va à la fois prendre le temps d’introduire les personnages, le contexte sans pour autant ronronner. Meilin va être des plus attachantes, ses amis amusants, tout le contraire de sa mère. Cela permet un équilibre offrant par moments des passages émotionnellement intéressants.   

Le style va être dynamique. Il faut dire que la jeune Meilin et ses amis débordent d’énergie. La fougue de la jeunesse se reflète parfaitement. Elles vont sans cesse s’émulser entre elles pour nous divertir. Entre cette histoire de Panda Roux Géant, et le fait de devoir récupérer de l’argent pour un concert, leur agenda va être bien rempli. Donc, on n’a pas le temps de s’ennuyer en leur compagnie. Le ton va toujours rester léger. Contrairement au Disney, Pixar est assez soft en matière de chanson. À part un ou deux passages, on en sera dispensé. En revanche, ce n’est pas pour autant que la bande originale sera pauvre. Elle s’adapte comme il faut au contexte. On peut aussi noter que les graphismes du studio américain sont toujours aussi agréables.   

Alerte rouge | Disney/Pixar
Alerte rouge | Disney/Pixar

J’aime cet article de Alerte rouge

Avec une qualité devenant une habitude

Une chose capitale dans Alerte Rouge va être la portée symbolique du message. D’un côté, on a Meilin voulant vivre sa période adolescente en ayant le droit d’adorer un boys-band, et de l’autre sa mère très exigeante. Devant elle, la croisée des chemins. Soi, elle décide d’aller vers la tradition et renie sa nature, ou bien, elle tourne le dos à ses parents pour profiter de sa jeunesse. Là où Pixar fait fort, c’est qu’ils arrivent à concilier le tout. On peut à la fois être soi-même, tout en acceptant la tradition culturelle transmise par nos ainées. Tout cela dans un message bien distillé.   

Alors certes, ce film d’animation est très agréable à regarder par son côté fun et rafraîchissant, mais les approximations sur la fin laissent à désirer. La scène du stade possède à elle seule tout ce qui ne va pas dans les films à destination des enfants. Elle en fait des tonnes et c’est un peu dommage. Jusque-là, c’était un sans-faute. On n’ira pas jusqu’à dire que cela gâche le film, car ça ne dure que 10 minutes, mais va donner une mauvaise note au mauvais moment. Heureusement, la conclusion est des plus réussites, et on pardonnera donc cet égarement.   

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :