The Housewife – L’émouvant récit d’une femme au foyer voulant s’épanouir

The Housewife : C’est en recroisant son ancien amant de faculté, que Toko, depuis longtemps femme au foyer, voit soudain renaître en elle le désir de travailler, et de reprendre son métier d’architecte. Mais peut-on jamais réinventer sa vie ? 

The Housewife | Art House
The Housewife | Art House

The Housewife

Note : 4 sur 5.


C’est une réalisation de Yukiko Mishima qui adapte le roman “Red” de l’écrivaine Rio Shimamoto. Elle a écrit le scénario avec Ikeda Chihiro. Ce thriller romantique japonais est disponible le 9 mars 2022 en salle.

En manque de reconnaissance par sa famille

Durant tout ce thriller romantique, nous allons suivre Toko. Au départ distant, on va finir par être exalté par ce que vit cette femme au foyer. Chacun de ses actes aura un véritable sens. Ce n’est pas seulement une histoire lambada d’une femme ne voulant plus s’ennuyer à la maison. Il va y avoir une grosse symbolique à travers elle. Cela la rend d’autant plus touchante dans sa démarche.   

The Housewife va donc se pencher sur la condition des femmes au sein du foyer japonais. Le rôle de Toko va représenter de nombreuses femmes qui se sacrifient pour faire fonctionner leur famille comme le dit l’expression « le sang est plus épais que l’eau ». Cette femme est dévouée et serviable malgré l’attitude méprisante de son mari. Ce dernier la prend plus pour une boniche que pour une épouse. Même s’il ne s’en prend pas à elle physiquement, on sent une pression morale immense. Le poids des traditions fait que ce fonctionnement n’est jamais remis en question même si la femme n’est pas heureuse. Clairement, on voit aux expressions du visage de Toko que celle-ci souffre de cette situation. Elle s’écrase et n’ose pas vivre sa vie. Les envies de son mari passent avant tout. 



The Housewife | Art House
The Housewife | Art House

J’aime cet article de The Housewife

Qui va évoluer et s’émanciper

Toko en trouvant un travail va donc se lancer dans une quête d’épanouissement personnel. Elle ne veut plus rester la “potiche”. Avant de se marier, cette dernière avait un travail qui était aussi sa passion, et elle est déterminée à s’y remettre. Cela va lui permettre de reprendre confiance en soi. Avec l’avancement de ce film, on va la voir reprendre confiance en elle. Au fur et à mesure, les expressions de son visage changent. Son bien-être devient communicatif. Cela va s’accentuer quand l’amour va venir se mêler à ce renouveau. Cette effervescence est véritablement belle à voir et va nous offrir des passages sublimes notamment sur la fin. La réalisation poétique apporte une belle touche.   

Que dire de la prestation de Kaho. Celle qui avait été découverte avec Notre petite soeur, s’approprie pleinement son personnage. Les hommes gravitant autour d’elle sont aussi très bons. Il y a Shôtarô Mamiya qui joue son mari, Satoshi Tsumabuki dans le rôle de l’ancien amour, et Tasuku Emoto en collègue. Même si ce dernier a un rôle beaucoup moins important que les deux autres, il va apporter un énorme pep.   

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :