Irradiés | Copyright Les Acacias
0 5 minutes 10 mois

Irradiés : La vie d’un survivant est quelque chose d’indicible. Mais il faut vivre et aborder cette irradiation dont on ne trouvera peut-être jamais la cause ni les propriétés, et dont on ne pourra peut-être pas se protéger. Mais pour le bien de l’humanité, il est nécessaire de faire l’expérience de toutes les formes de mal et de les comprendre – des tranchées aux atolls, des camps au silence. Le mal irradie. Il blesse – jusqu’aux générations suivantes. Mais au-delà, il y a l’innocence. 

Irradiés | Copyright Les Acacias
Irradiés | Copyright Les Acacias

Irradiés

Note : 3 sur 5.

C’est une réalisation de Rithy Panh qui a survécu aux camps khmers quand il avait l’âge de 15 ans. Une expérience qui a une graned influance sur son travial. Irradié qui a eu le Teddy Award du Meilleur Film documentaire à la Berlinale 2020. Ce documentaire franco-cambodgien est disponible le 26 janvier 2022 en salle. Il est interdit aux moins de 12 ans avec avertissement.

Une rétrospective sur les agissements de l’homme

Afin de bien présenter Irradiés, rien de mieux que laisser la parole au réalisateur à travers une note d’intention. “La violence extrême et totale affecte les individus aux plus profonds de leur être, de leur âme. Et ce poison se transmet de génération en génération. J’ai le sentiment d’être irradié. […] Je voulais parler des bombes comme d’un pouvoir humain de destruction massive. La violence implacable des bombardements pendant la guerre du Vietnam, la catastrophe nucléaire d’Hiroshima, le génocide cambodgien, comparable à une bombe qui fragmente l’âme.” On voit donc la volonté de Rithy Panh de nous présenter jusqu’où peut aller l’horreur humaine.    

Les images choisies sont véritablement impactantes. On voit défilées devant nos yeux des images de bombardements ou encore de camps de la mort. Durant plus d’une heure vingt, il va donc falloir s’accrocher. Je trouve cependant dommage que les repères historiques de ces dernières ne soient pas toujours clairs. La narration nous situe de temps en temps, mais il faut tout de même avoir un petit bagage pour bien tout relier. Ce ne sera pas fait pour tout le monde. Toutes les images d’archives sont en noir et blanc. Cela diminue légèrement le côté choc. Le fond musical va donner une continuité à l’horreur. Les époques passent, mais les immondicités commises par l’homme continu.    



Irradiés | Copyright Les Acacias
Irradiés | Copyright Les Acacias

J’aime cet article de Irradiés

Avec tout de même une envie de donner de l’espoir

Vous l’aurez compris, le message va être assez défaitiste la majorité du temps. Cependant, il faut bien rester jusqu’au bout pour voir qu’après la pluie, il y a toujours le soleil. En effet, un message d’espoir bienvenu nous sera délivré. On peut même dire qu’il était indispensable pour ne pas quitter ce documentaire avec juste l’envie d’en finir avec l’humanité. Là, on voit certes plein de choses terribles, mais on se dit que l’être humain peut encore changer. Que malgré tout le mal existant, le bien est présent et mérite qu’on se batte pour lui.    

Il est cependant dommage que Irradiés est choisi une telle narration. Les enjeux présenter son capitaux et le texte dicté en arrière-fond ne se marie pas toujours. Celui-ci est trop abstrait. Le décalage entre les images terriblement réellement et ces envolé lyrique pas toujours convaincante, ne fonctionne pas toujours. Cela ne retire rien au fait que malgré tous ces textes entrainent à la réflexion. Ils auront donc une certaine vertu par moments. Irradiés peut donc être vue comme une réflexion sur le genre humain et ses limites dans le bien et le mal.  

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire