Luzzu – Un drame sur la pêche maltaise qui prend l’eau

Luzzu – Un drame sur la pêche maltaise qui prend l’eau

8 janvier 2022 0 Par doisjelevoir

Luzzu : De générations en générations la famille de Jesmark pêche à bord du Luzzu, bateau en bois traditionnel maltais. Mais Jesmark voit son avenir menacé par la raréfaction des récoltes et l’ascension d’une pêche industrielle impitoyable. Pour subvenir aux besoins de sa femme et de son fils, le jeune homme va peu à peu se compromettre dans le marché noir de la pêche. 

Luzzu | Copyright Epicentre Films
Luzzu | Copyright Epicentre Films

Luzzu 

Note : 2 sur 5.

C’est la première réalisation d’Alex Camilleri qui avait été auparavant monteur sur plusieurs projets. Luzzu a été récompensé au Sundance Film Festival. Ce drame maltais est disponible le 5 janvier 2022 en salle.   

Un œil sur la pêche traditionnelle maltaise

Habituellement, on se penche très peu sur le cinéma maltais. En découvrir un drame est donc appréciable. Surtout qu’on sent de l’authenticité dans ce qui nous est présenté. Il va se baser autour de la pêche, activité primordiale pour l’île. Ce film va s’intéresser plus particulièrement sur le luzzu, un bateau de pêche en bois traditionnel de Malte. D’un côté, on va donc voir tout ce milieu de la pêche, et de l’autre, la vie familiale de ces hommes.   

Dans un premier temps, cette découverte est agréable. Ce monde inconnu fascine. Entre les conditions de travail difficile, et l’esprit de camaraderie fort, la pêche est particulière. Malheureusement, Alex Camilleri n’arrive pas toujours à le transposer. La réalisation dans sa manière d’être faites, ne le rend pas facilement accessible. C’est peut-être le fait que pour un Maltais, ce soit naturel. Une chose est sure, on sent comme une barrière entre nous et la thématique.    

Luzzu | Copyright Epicentre Films
Luzzu | Copyright Epicentre Films

J’aime cet article de Luzzu

Mais cela manque de fond

Quelques passages auraient pu être très forts. Cependant, cela manque d’intensité même dans les disputes au sein du couple de Jesmark. De plus, le rythme est assez lent. Les passages les plus prenants vont être ceux se passant en mer. Finalement, c’est pour eux qu’on va voir ce film, cette impression de plénitude au milieu de l’océan. La famille sera moins montrée, mais ces passages n’étant pas une réussite, ce n’est pas un mal.    

Le plus handicapant va être la construction du personnage de Jesmark. On ne sent pas de véritable ligne directrice le concernant. Un jour, il va dire blanc et le lendemain noir. Son raisonnement est compliqué à suivre. Pour ne pas aider, la prestation de Jesmark Scicluna, ne va pas être remarquable. On ne peut pas lui jeter la pierre, car habituellement, il n’est pas acteur, mais pécheur. C’est à l’image d’une bonne partie du casting étant issue d’un groupe de pêcheur. L’avantage est qu’on sent bien cet esprit fraternel entre eux. S’appuyer dans la galère. Dommage que ce casting secondaire n’ait pas plus de place.    

Vous pouvez continuer à nous suivre via

Laisser un commentaire