Mes frères et moi – Un jeune rêve d’opéra dans son quartier populaire

Mes frères et moi | Copyright Ad Vitam

Mes frères et moi : Nour a 14 ans. Il vit dans un quartier populaire au bord de la mer. Il s’apprête à passer un été rythmé par les mésaventures de ses grands frères, la maladie de sa mère et des travaux d’intérêt général. Alors qu’il doit repeindre un couloir de son collège, il rencontre Sarah, une chanteuse lyrique qui anime un cours d’été. Une rencontre qui va lui ouvrir de nouveaux horizons… 

Mes frères et moi  | Copyright Ad Vitam
Mes frères et moi | Copyright Ad Vitam

Mes frères et moi

Note : 4.5 sur 5.

C’est le premier long-métrage de Yohan Manca qui pour la petite anecdote avait joué un des rôles principaux dans La Vérité si je mens ! Les débuts en 2019. Pour écrire le scénario, il a adapté la pièce de théâtre « Pourquoi mes frères et moi on est parti… » de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre. Mes frères et moi a été présenté au Festival de Cannes 2021, dans la section Un Certain Regard. Cet excellent drame est disponible le 5 janvier 2022 en salle. 

Etre jeune n’est pas toujours facile

L’histoire est vraiment belle à voir. Ce jeune Nour va porter un récit assez classique dans le genre. À travers un grand nombre de films, on connaît un jeune talentueux vivant dans un quartier difficile et qui doit se battre pour développer son talent. Dans le domaine musical, on peut penser naturellement à La Mélodie avec Kad Merad. Cette fois-ci, cela va concerner le chant d’opéra, une discipline qui, il faut être franc, n’est pas répandu dans les quartiers populaires. Le petit Nour va donc être une exception, ce qui rend la tâche d’autant plus ardue.    

Son parcours va donc être très émouvant. La maladie de sa mère rend son cadre familial des plus fragiles. Du haut de ses 14 ans, il se comporte vaillamment. Il est appréciable de voir que le dérouler est loin d’être linéaire. Cela va bien entendu réserver quelques émotions. D’autant plus qu’il va se passer beaucoup de choses entre l’aspect vie de quartier et celle du chant. Les deux vont interagir logiquement entre eux pour un véritable dynamisme. La fin va ouvrir à une réflexion plus large. Elle n’est pas servie sur un plateau ce qui démarque Mes Frères et moi des films dans le genre.    

Mes frères et moi  | Copyright Ad Vitam
Mes frères et moi | Copyright Ad Vitam

J’aime cet article de Mes frères et moi

Mais la famille aide à traverser les moments durs

La fraternité va être une pièce importante de ce drame. La pierre angulaire sera bien entendue Nour. Sa construction est géniale. Si jeune, mais en même temps un tel poids sur les épaules. On ressent cela tout en voyant l’innocence qui fait de lui encore un enfant. Après être apparue dans Parents d’élèves en 2020, Maël Rouin Berrandou brille de mille feux en tête d’affiche. Ses frères (dans le film) sont tout autant primordiaux. Ils vont avoir chacun leur façon d’être en étant très bien fait. Il y a juste peut-être Abdel qui est moins poussé. Pour autant, les trois acteurs sont super. Le coup de cœur est pour un Sofian Khammes toujours aussi impressionnant. Dans le rôle de la professeure de chant, Judith Chemla en impose. C’est l’occasion d’écouter sa capacité de chant incroyable.    

Mes frères et moi est aussi porté par une ambiance géniale. Déjà visuellement avec la façon dont Yohan Manca a retranscrit ce quartier populaire. Il a choisi un cadre près de la mère qui lui donne un côté poétique. La pauvreté ne va pas être montrée de façon sensationnelle, mais comme un aspect de vie. Entre la pellicule 16 millimètres et la lumière du sud, une chaleur se dégage de ces bâtiments. Le réalisateur a d’ailleurs rajouté des souvenirs personnels pour mettre une touche d’authenticité. Cela se ressent et fait la différence. Ensuite, c’est l’aspect musical qui va beaucoup jouer. Par les origines de la famille, il y aura une bonne partie de la bande originale qui sera composée de musiques orientales comme le Raï. De l’autre côté, ça sera l’opéra avec entre autres les chants de Pavarotti raisonnant dans l’appartement. Le mélange des deux au sein du même film est aussi surprenant que réussi.    

Vous pouvez continuer à nous suivre via

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :