La Panthère des neiges – Un sublime documentaire sur un animal majestueux

La Panthère des neiges – Un sublime documentaire sur un animal majestueux

16 décembre 2021 0 Par doisjelevoir

La Panthère des neiges : Au coeur des hauts plateaux tibétains, le photographe Vincent Munier entraîne l’écrivain Sylvain Tesson dans sa quête de la panthère des neiges. Il l’initie à l’art délicat de l’affût, à la lecture des traces et à la patience nécessaire pour entrevoir les bêtes. En parcourant les sommets habités par des présences invisibles, les deux hommes tissent un dialogue sur notre place parmi les êtres vivants et célèbrent la beauté du monde. 

La Panthère des neiges  | Copyright Haut et Court
La Panthère des neiges | Copyright Haut et Court

La Panthère des neiges

Note : 4 sur 5.

C’est une réalisation de Marie Amiguet et Vincent Munier. Ce dernier a eu l’idée de faire ce documentaire en rencontrant l’écrivant Sylvain Tesson. La Panthère des neiges a fait partie de la section éphémère « Le cinéma pour le climat » du Festival de Cannes 2021. Le 15 décembre 2021 en salle.

J’ai trouvé ce documentaire animalier vraiment très bien. 

Vers les hautes montages Tibétaines

Il va donc se pencher sur la panthère des neiges. Cette espèce, braconnée pour sa fourrure, est répertoriée sur la liste rouge de l’UICN comme faisant partie des « espèces vulnérables ». Pour la rencontrer, il faut aller dans les vallées des hautes montagnes d’Asie centrale, de Sibérie centrale et de l’Altaï, jusqu’à une altitude de 5 500 m. Ce félin a une robe de couleur gris pâle à gris jaune constellée de taches pleines et de rosettes.

À l’image de cet animal majestueux, ce documentaire va être d’une grande beauté visuelle. Le voir est tout simplement sublime. Ses images se feront rare mais c’est ce qui fait sa force. On sut chaque plan où on peut la voir. Ce film s’admire aussi pour les paysages. Il a été tourné dans l’Est du Tibet, sur des plateaux situés en moyenne à 4500 m d’altitude avec des sommets à 6000 m. Pour vous montrer la difficulté de le faire, l’équipe a dû se confronter à des températures extrêmes allant jusqu’à -25°C. Pour accompagner ces images, on aura droit à une belle musique du compositeur Warren Ellis. Celles-ci se marient comme il se doit avec la nature. 

La Panthère des neiges  | Copyright Haut et Court
La Panthère des neiges | Copyright Haut et Court

J’aime cet article de La Panthère des neiges

Pour découvrir la panthère des neiges

On va aller au-delà de cet aspect purement animalier, où d’ailleurs on peut observer d’autre que la panthère des neiges. En effet, le photographe Vincent Munier et l’écrivain Sylvain Tesson vont être tous les deux la pister. Cela va permettre d’avoir un côté très humain. On apprécie leur échange. J’aime la chaleur que ça apporte. Le petit passage avec les villageois aussi apporte beaucoup. Ce sont ce genre de petite chose qui donne une autre dimension. 

J’ai aussi savouré la narration de fond. La voix off va nous offrir des pensés qui nous transportent jusqu’au Tibet. Ce récit nous accompagne dans cette quête. J’ai même envie de dire que ça rajoute un côté presque philosophique. On peut atteindre une certaine plénitude devant La panthère des neiges.  L’effet est d’autant plus fort avec ces paysages teintés de neige blanche.  

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook