Drame Français Suisse

Tom Medina – éclair de folie en Camargue

Dans la mystique Camargue, Tom Medina débarque en liberté surveillée chez Ulysse, homme au grand cœur. Tom aspire à devenir quelqu’un de bien.

Tom Medina

Note : 1.5 sur 5.

C’est une réalisation du Français Tony Gatlif déjà récompensé à Cannes mais aussi au César pour ses talents de compositeur. Encore une fois il est au four et au moulin car en plus d’être derrière la caméra, il a écrit le scénario et fait la musique.

Je n’attendais rien de ce film plutôt passé inaperçu à sa sortie, et pourtant malgré tout je l’ai trouvé mauvais.

Je pense que le problème principal avec ce film est que je n’ai pas réussi à rentrer dedans tout simplement. Rien ne m’a d’ailleurs donné envie de le faire. Je m’explique. On nous balance un personnage assez atypique. Le souci est que la mise en contexte est proche du néant. On sait que Tom est un sans papier mais difficile de se projeter dans ce personnage tant l’acteur Belge David Muriga manie bien la langue de Molière. Je le soupçonne d’être un mythomane sur son identité pour ne pas assumer ses erreurs passées, mais on ne le sera jamais. Ensuite, il est envoyé dans un centre car il a volé. Cependant cet endroit est normalement réservé aux mineurs en situation délicate, rien à voir avec son profil. Toute cette incohérence n’aide pas.

Ensuite le dérouler va être très confus. L’histoire part un peu dans tous les sens sans réussir à se concentrer sur son fil conducteur. Résultat, on se perd dans un assemblage de pièces qui ne vont pas forcément ensemble. C’est un peu à l’image du personnage de Tom qui est beaucoup trop « fou ». Dans une juste mesure ça apporte un plus mais là on est dans l’excès. Il ne se canalise pas et ça empêche le récit d’avancer.

Pour ne rien arranger, je n’ai pas aimé le jeu de David Murgia. Il est très insistant et ça n’aide pas à le prendre en sympathie Tom. Je dois dire que j’ai été aussi déçu des acteurs secondaires avec Slimane Dazi que j’apprécie d’habitude et Karoline Rose Sun assez pénible.

Finalement, quand on rajoute un délire mystique sorti de nulle part, on ne sait pas où ce drame veut en venir. C’est supportable 20 minutes mais pas durant 1h40.

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :