Non classé

Bergman Island – Un drame sélectionné à Cannes (Drame, Comédie, Fantastique – Pas mal – Cinéma)

Un couple de cinéastes s’installe pour écrire, le temps d’un été, sur l’île suédoise de Fårö, où vécut Bergman.

C’est une réalisation de la Française Mia Hansen-Løve, dont les précédents films Le Père de mes enfants (2009) et L’Avenir (2019) avaient été remarqué à la Cannes et à la Berlinale. Ce nouveau a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2021.

On peut voir ce drame comme un clin d’œil au réalisateur Suédois Ingmar Bergman, tombé sous le charme de l’île de Fårö en 1960. Mia Hansen-Løve, grande amatrice de Bergman, a été fascinée par cette ile. J’aurais aimé avoir autant d’enthousiasme qu’elle bien que j’aie tout de même trouvé l’ensemble pas mal.

Je ne connais pas ce réalisateur Suédois, et ce n’est pas ce film qui m’a donné envie d’en savoir plus sur lui. En effet, finalement on ne découvre rien de son œuvre. On sent la déclaration d’amour à travers différents éléments, mais rien de concret si celui-ci vous est inconnu. Par contre, j’ai bien aimé l’atmosphère qui règne sur cette ile. La femme est là afin de trouver l’inspiration pour son film, et son mari, lui aussi cinéaste, pour l’accompagner et présenter ses œuvres.

J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié les deux acteurs Mia Wasikowska et Tim Roth. Ils sont ce qu’on peut appeler simple et efficace. Ce ne seront pas les seuls à l’affiche car on va aussi y voir Vicky Krieps et Anders Danielsen Lie. Plus jeune, on sent plus d’énergie dans leur jeu.

Ces deux-là vont venir dynamiter une histoire qui était un peu mollassonne. En effet, le concept d’écrire un film est sympathique mais on ronronne rapidement. Quand l’élément de l’histoire imbriqué arrive, cela redonne de l’intérêt. J’ai apprécié ce souffle de tonus, certes plus classique dans son dérouler, mais avec plus de passion.

Cette ouverture va ouvrir les portes à une espèce de mélange des deux mondes. Tout est normal jusqu’à ce qu’on remarque un protagoniste présent dans les deux récits. Le temps va passer et des éléments troublants vont venir perturber le court de la réalité. Quelle histoire est réelle, et laquelle est une fiction ? On se dit peut-être que les deux ont une part d’imaginaire. J’aime ce flou car il n’est pas désagréable. Il ouvre des possibilités intéressantes sur l’interprétation.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :