Non classé

Comment je suis devenu super-héros – Pio Marmai enquête dans un monde de super-pouvoirs (Fantastique, Action, Drame – Très bien – Netflix)

Dans une société où les surhommes sont banalisés, une mystérieuse substance procurant des super-pouvoirs à ceux qui n’en ont pas se répand.

C’est Douglas Attal qui adapte le roman de Gérald Bronner. Ils ont écrit le scénario ensemble avec Charlotte Sanson. Ce film a été présenté Hors compétition au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2020.

Le film n’aura pas pu sortir au cinéma à cause de la pandémie, cependant passer par Netflix pourrait lui permettre d’avoir une exposition internationale. Cela serait mérité car il m’a convaincu.

J’adore le concept d’avoir le point de vue des humains sur un monde avec des supers héros, cela change des autres films du genre. L’univers est donc tout ce qu’il y a de plus réaliste, hormis les quelques personnes ayant des pouvoirs. J’ai donc apprécié la tournure sous forme d’enquête face à l’apparition de cette substance donnant des capacités mal maitrisées. On ne va pas sauver la veuve et l’orphelin mais empêcher de la délinquance tournant autour des pouvoirs. Cependant, même si j’ai été fan de toute cette atmosphère, je dois reconnaitre que sur la fin on patine un peu et qu’une facilité s’installe pour tout clôturer.

C’est aussi dû au fait que le « grand méchant » ne soit très bien construit. On comprend à moitié ses motivations et le résultat final est peu évident. L’ambition n’est pas poussée jusqu’au bout avec lui donc forcément ça coince à un moment.

Cependant, les autres personnages sont géniaux. Que ce soit le policier, ou les anciens super héros, leur construction est efficace. On se met facilement dans leur vision, et ils ont même un côté attachant. Alors certes, à part le principal, leur évolution n’est pas folle, mais tout de même suffisante pour enrichir la trame.

D’autant plus que le casting est impressionnant. C’est simple, quand Pio Marmai est présent, la réussite est souvent au rendez-vous. Il maitrise de A à Z. Pour l’entourer on aura du beau monde avec Leïla Bekhti et Benoît Poelvoorde. Leur apport est notable.

J’ai aussi envie de souligner l’esthétique réussite du film. Les super pouvoirs ne sont pas exagérés et sont soignés visuellement. Un plaisir à voir.

%d blogueurs aiment cette page :