Non classé

The Deep House – L’urbex de tous les dangers (Epouvante-horreur – Bien – Cinéma)

Un jeune couple américain spécialisé dans l’urbex (exploration urbaine) décide d’aller explorer une maison réputée hantée qui a été ensevelie sous un lac artificiel.

C’est une réalisation du duo composé d’Alexandre Bustillo et Julien Maury, qui avait déjà fait ensemble Leatherface (2018). Ils ont écrit le scénario tous les deux.

Fan de l’urbex, je pense que ce film pourrait vous plaire car il va exploiter ce concept comme il se doit. Il en aurait fallu tout de même un peu plus pour le placer dans la catégorie « bon film d’horreur ».

Ce film horrifique joue donc avant tout sur son ambiance. Je pense que déjà avoir fait de l’urbex dans sa vie, ne peut qu’aider à se mettre dans le bain. J’ai trouvé que cela nous fait bien revivre les sensations que provoque ce genre d’exploration urbaine sauvage. D’autant plus qu’on va ajouter le paramètre de l’eau qui donne la sensation d’être comme prisonnier de la structure. J’ai aimé que ce soit tourné en grande partie avec des Go-Pro pour donner ce côté un peu amateur.

On va donc observer ce couple se balader dans les différentes pièces, la pression augmentant à chaque fois devant l’étrangeté de cette « maison sous-marine ». Pour ne rien arranger, les découvertes vont être de plus en plus tordues. Quel mystère se cache derrière tout cela ?

Sur ce point malheureusement, le film va un peu à la va vite. Il y a des questions soulevées sans prendre le temps d’y répondre. Avoir voulu apporter une ambiance différente est un bon choix, mais travailler le fond doit être aussi important. Car si vous n’accrochez pas spécialement au concept, il ne reste pas grand-chose.

Le rythme va être dans la moyenne basse de ce genre. Les quelques moments d’horreur vont être bien réussi, mais ils ne sont pas très nombreux. La fin qui habituellement dans l’horrifique est explosive en termes de frayeur, va être un peu timoré ici. J’aurais aimé avoir un peu plus de sursauts pour bien accompagner le concept. Il y avait matière.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :