Coup de coeur

Le Dernier voyage – la SF à la Française (Science fiction – Excellent – Cinéma)

Dans un futur proche, une lune rouge est exploitée pour son énergie. Alors qu’elle fonce droit sur la Terre, Paul W.R, le seul astronaute capable de la détruire, refuse d’accomplir cette mission et disparaît.

C’est une réalisation de Romain Quirot qui adapte en long-métrage son court métrage Le Dernier voyage de l’énigmatique Paul W.R. (2015). Il a écrit le scénario avec Antoine Jaunin et Laurent Turner (L’Odyssée).

La réouverture des cinémas nous permet enfin de pouvoir savourer nos productions indépendantes Françaises. Quel plaisir d’avoir donc pu voir cet excellent film de science-fiction.

J’ai été particulièrement émerveillé par l’univers futuriste proposé. Chaque composant est pensé à merveille pour nous faire voyager dans ce monde où la Lune Rouge domine le ciel. Visuellement, c’est tout simplement sublime. Je me suis régalé à ce niveau là. Il n’y a pas seulement ce paysage désertique, mais aussi les éléments montrant que nous sommes dans le futur. Cela reste soft afin qu’on puisse se projeter facilement.

Pour accompagner cette ambiance graphique, la bande originale est choisie parfaitement. Il y a la fois du sérieux avec des musiques épique donnant un côté transcendant à certains passages, mais aussi quelques sonorités plus décalé tout en se mariant parfaitement avec les images.

Au-delà de tous ces éléments esthétiques, l’histoire est très prenante. Cela commence par un simple récit d’un astronaute fuyant ses responsabilités, mais ça devient rapidement plus. Plusieurs axes vont être approfondis pour qu’on se prenne d’empathie des personnages. Déjà en développant cette relation entre lui et cette jeune adolescente. Une alchimie se créer entre les deux. On va être pris rapidement par leur cavale. Ensuite, il y a les raisons de sa fuite. Pourquoi cet abandon devant sa mission. On va aller fouiller son intérieur. Entre flashback et réflexion, c’est complet.

J’ai toutefois été plus sceptique sur ce qui découle du frère. C’est une partie qui soulève énormément de questions mais qui sera traitée à la surface. Il y a donc un gout d’inachevé concernant cela.

D’une manière générale, on sera devant un film de science-fiction beaucoup dans l’instantané. Certes, on voit les conséquences du comportement de l’homme envers la nature, et comment cela le conduit à sa perte, mais il n’y aura pas forcément un grand recul. Toutefois, cette narration est suffisante car elle est claire et efficace.

On pourrait dire de même des acteurs qui sont géniaux. Que ce soit les principaux avec le talentueux Hugo Becker, vue dans les séries Au service de la France et Baron Noir, ainsi que la prometteuse Lya Oussadit-Lessert. Sans oublier les secondaires avec bien entendu le grand Jean Reno qui nous fait l’honneur de sa présence.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :