MAIS VOUS ÊTES FOUS – Pio Marmai en père de famille addicte à la drogue (Critique)

Titre : MAIS VOUS ÊTES FOUS

Année de Sortie : 2019

Genre : Drame

Nationalité : Français

Avis : Bon

Aujourd’hui c’est une histoire de drogue au rendez-vous avec MAIS VOUS ÊTES FOUS.

C’est la première réalisation de la romancière Audrey Diwan. Elle avait eu de précédentes expériences au cinéma en tant que scénariste (HHHH, LA FRENCH …). Cette fois, pour l’écrire elle va collaborer avec Marcia Romano (LES HOMMES DU FEU).

Dans MAIS VOUS ÊTES FOUS, on retrouve Romain (Pio Marmai), un mari et père aimant mais qui a une addiction qui risque de détruire sa famille. J’ai bien aimé ce drame. Son analyse des relations humaines par rapport à l’addiction est assez bien tournée. On va voir comment Romain, une fois son problème découvert, devient un paria pour une grande partie de son entourage. Il n’est plus vu comme une victime de la drogue mais comme coupable d’une trahison. Ce point de vue, qui va à l’encontre de beaucoup de film dans le genre où les proches ont tendance à soutenir contre vents et marées, est intéressant. Cela révèle bien une mentalité élitiste de certaines personnes qui ne pardonne pas l’échec ni la faiblesse quand celle-ci sort du cadre de la « morale ». Malheureusement, je ne suis pas du tout fan de Pio Marmai. Je trouve son jeu inexpressif. Sa compagne, joué par Céline Sallette, ne m’a pas emballé non plus. Elle est le seul personnage dont les réactions m’ont laissé sceptique quant à leur cohérence selon l’avancement du film. Cela n’empêche pas que toute cette photo de la sphère familiale donne son intérêt à MAIS VOUS ÊTES FOUS. Par contre, en ce qui s’agit du pur côté addiction, c’est selon moi un échec. On ne nous montre pas (ou extrêmement peu) le comportement dérangé que devrait avoir Pio Marmai en période de sevrage ou même les échecs qui en découlent. Comme si stopper la consommation de drogue (surtout la cocaïne) était une histoire d’enfant. Encore plus facile que d’arrêter de fumer. Cet aspect m’a beaucoup fait tiquer et ça montre que le film oublie de se saisir d’une partie primordiale du problème d’addiction.

Je dis oui à MAIS VOUS ÊTES FOUS pour son relationnel humain, mais non à l’image « bisounours » qu’il donne lors du sevrage à une drogue dure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.