GREEN BOOK : SUR LES ROUTES DU SUD – Un même chemin pour deux hommes que tout oppose (Critique)

Titre : GREEN BOOK : SUR LES ROUTES DU SUD

Année de Sortie : 2019

Genre : Biopic / Drame

Nationalité : Américain

A voir ? OUI

Deux hommes, un monde qui les sépare, une voiture, GREEN BOOK : SUR LES ROUTES DU SUD.

C’est une réalisation Peter Farrelly. Le spécialiste de la comédie (MARY À TOUT PRIX, FOUS D’IRÈNE) fait pour la première fois un long métrage sans son frère Bobby Farrelly. Pour le scénario, on aura Nick Vallelonga, le petit-fils de Tony Lip.

Dans GREEN BOOK, on retrouve Tony Lip (Viggo Mortensen), un italien du Bronx dans les années 60, qui va être recruté par le pianiste afro-américain Dr Don Shirley (Mahershala Ali) pour le conduire durant sa tournée dans le sud des États-Unis.

Ce Biopic dramatique est vraiment superbe. Une leçon de vie sur une belle histoire humaine. On se situe dans les années 60 aux États-Unis, autant vous dire que le climat n’est pas agréable pour un Afro-américain, surtout dans les États du sud où la ségrégation était toujours présente. Vous imaginez donc le courage de Dr Don Shirley pour faire ce périple. Au-delà d’un grand pianiste, c’est un grand homme. L’impénétrable Mahershala Ali joue ce rôle à merveille. Il est accompagné comme il se doit par Viggo Mortensen dans la peau de celui qui a bravé le regard des autres, fustigeant un blanc travaillant pour un noir. Cela pose le cadre important de ce récit et il est extrêmement bien retranscrit. On mêlera différentes émotions comme le rire ou la colère à travers leur parcours. On ne se contente pas de regarder cette histoire, on la vit. Rien que le titre retranscrit tout ce périple, le Green Book étant un ancien guide de voyage réservé aux noirs pour savoir les établissements où ils étaient acceptés. À la vue du contexte et surtout de certaines réactions de Tony Lip avant sa rencontre avec Dr Don Shirley, je suis surpris que tout se fasse si simplement, sans plus d’embuche entre eux. Je m’attendais à voir beaucoup de tension mais de ce côté-là, c’est comme si de rien était. Le réalisateur préférant se concentrer sur la haine venant de l’extérieur.

Malgré cette facilité relationnelle un peu grosse entre ces deux hommes, l’histoire est tellement belle et émouvante, qu’il faut suivre le chemin pour aller voir GREEN BOOK : SUR LES ROUTES DU SUD.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.