Titre : NICKY LARSON ET LE PARFUM DE CUPIDON

Année de Sortie : 2019

Genre : Comédie / Policier

Nationalité : Français       

A voir ? NON

Depuis la parution de sa première Bande-Annonce, NICKY LARSON ET LE PARFUM DE CUPIDON a fait beaucoup parler de lui en négatif, et il est désormais en salle.

Pour cette adaptation du célèbre animé des années 90, c’est Philippe Lacheau qui est à la réalisation pour sa 4ème comédie derrière la caméra.

Dans NICKY LARSON ET LE PARFUM DE CUPIDON, on retrouve Nicky Larson (Philippe Lacheau) qui va devoir se lancer à la recherche d’un parfum qui fait tomber amoureux celui qui le sent.

J’ai trouvé cette comédie vraiment pas terrible. Pour être honnête, je connais que de nom le dessin animé diffusé durant le club Dorothée mais jamais je n’ai vu un de ces épisodes. Mon avis n’est donc pas du tout celui d’un fan mais d’un spectateur lambda. Selon votre degré d’affinité avec Nicky, vous pourriez avoir un tout autre avis sur la question. Le véritable problème de ce film est selon moi son humour redondant. Au départ, j’ai rigolé à plusieurs reprises, mais au fur et à mesure ça commence à beaucoup tourner en rond et on devine facilement les sketchs. Ils ont tout basé sur le comique de situation, en délaissant énormément celui de dialogue. C’est un fait assez habituel dans les comédies de la bande à fifi. Dans les précédentes cela ne m’avait pas dérangé, mais il faut croire je commence à m’en lasser. Un brin de renouvellement pour ne pas avoir sans cesse le même humour, serait le bienvenu. J’ai trouvé tout de même bien sympathique les nombreux clins d’œil aux années 90 durant tout le film, de même que les apparitions de guest comme Gérard Jugnot, Medi Sadoun, et plein d’autres. Concernant Philippe Lacheau et Élodie Fontan, ils campent parfaitement leur personnage. Par contre, je cherche toujours l’utilité de Tarek Boudali.Et qui dit Nicky, dit action. Malheureusement, à ce niveau-là je n’ai pas du tout accroché. Au-delà des séquences en elle-même, c’est la manière dont elles sont filmées qui m’a dérangé. Ça m’a plus donné le mal de mer qu’autre chose.

Avec NICKY LARSON ET LE PARFUM DE CUPIDON, j’avais donc comme un goût de peut mieux faire durant une trop grosse partie du film.