Armageddon Time – Dans la peau d’un gamin du Queens incompris

Armageddon Time | Universal Pictures

Armageddon Time : L’histoire très personnelle du passage à l’âge adulte d’un garçon du Queens dans les années 80, de la force de la famille et de la quête générationnelle du rêve américain.  

Armageddon Time | Universal Pictures
Armageddon Time | Universal Pictures

Armageddon Time

Note : 3.5 sur 5.


C’est une réalisation de James Gray qui revient sur Terre après Ad Astra en 2019. Il va mettre de sa personne pour écrire le scénario en revisitant son enfance. Armageddon Time a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2022. Ce drame américain est sorti le 9 novembre 2022 en salle.

Un manque de profondeur

Après le décevant Amsterdam, cette nouvelle production américaine promet un casting alléchant. Avoir Anne Hathaway et Anthony Hopkins au sein de la même famille laisse entrevoir de beaux moments. 

Tout va se passer par les yeux de Paul Graff. L’empathie a du mal à se faire avec ce gamin agité. Le problème vient de sa construction restant trop à la surface. On voit tous ses problèmes de comportement et d’adaptation aux différents environnements. En revanche, ses émotions ne sont pas véritablement dévoilées. Pour quelles raisons Paul est devenu comme cela ? La relation avec ses parents manque de profondeur, tout comme celle avec son meilleur ami. Encore une fois, on observe sans être dedans.   

Armageddon Time | Universal Pictures
Armageddon Time | Universal Pictures

Une relation entre un petit-fils et son grand-père

Seul le grand-père va réussir à apporter de l’émotion. Son lien avec Paul est fort. On ressent tout l’amour qu’il a pour son petit-fils. Un sentiment réciproque. Pour Paul, son grand-père est un pilier. Il va le guider. Leurs discussions peuvent être véritablement profondes. Cela donne aussi un sens au fonctionnement des parents. On comprend leur volonté d’offrir une vie meilleure à leur enfant qu’eux n’ont pu avoir. Tout cela dans un contexte de la peur aux États-Unis avec la menace d’une guerre nucléaire. 

Le casting ne peut qu’enchanter. Banks Repeta maîtrise bien son rôle du haut de son jeune âge. Il avait déjà été remarqué cette année dans Black Phone. Pour vibrer, il faut bien évidemment se tourner du côté d’Anthony Hopkins. Sans surprise, l’acteur américain éclabousse de son talent Armageddon Time. Comme d’habitude, Anne Hathaway ne déçoit pas. Elle va être en retrait quand il s’agit de sévir à l’image de la mère au foyer dans les années 80 qui mettait le face-à-face avec le père comme châtiment pour l’enfant. Dans ce rôle, Jeremy Strong est parfait. À noter aussi la fougue intéressante apportée par Jaylin Webb 

Armageddon Time | Universal Pictures
Armageddon Time | Universal Pictures

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :