Trois Mille ans à t’attendre – Un lien mystique entre un génie et une septique

Trois Mille ans à t’attendre : Alithea Binnie, bien que satisfaite par sa vie, porte un regard sceptique sur le monde. Un jour, elle rencontre un génie qui lui propose d’exaucer trois vœux en échange de sa liberté. Mais Alithea est bien trop érudite pour ignorer que, dans les contes, les histoires de vœux se terminent mal. Il plaide alors sa cause en lui racontant son passé extraordinaire. Séduite par ses récits, elle finit par formuler un vœu des plus surprenants.

Trois Mille ans à t’attendre | Metropolitan FilmExport
Trois Mille ans à t’attendre | Metropolitan FilmExport

Trois Mille ans à t’attendre

Note : 3.5 sur 5.

C’est une réalisation de George Miller qui revient après Mad Max: Fury Road (2015). Il a écrit le scénario avec Augusta Gore en adaptant la nouvelle Le Djinn dans l’œil-de-rossignol d’A.S. Byatt, publiée en 1994. Trois mille ans à t’attendre a été présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2022. Cette romance australo-américain est sorti le 24 août 2022 en salle.

Une nouvelle approche du Djinn

Cette semaine Idris Elba fait le grand écart. D’un côté, il est dans le catastrophique Beast, et de l’autre, le Britannique arrive à satisfaire le public dans Trois mille ans à t’attendre. Faire le génie lui va mieux que combattre un lion.    

Cette romance fantastique a de quoi intriguer. Nous sommes plongés dans les contrées ottomanes pour observer la réaction d’une femme quand un génie va sortir de son flacon. L’atmosphère est bien travaillée avec un côté mystique. Dès l’apparition du génie, la magie dans l’air commence. Son design est très bien fait. La photographie transcende l’expérience. Elle a été faite par John Seale, le directeur de la photographie de Mad Max: Fury Road, qui est sortie de sa retraite pour l’occasion. C’est accompagné par une bande originale délicieuse. On peut dire que l’emballage donne envie de dévorer ce film.   

Trois Mille ans à t’attendre | Metropolitan FilmExport
Trois Mille ans à t’attendre | Metropolitan FilmExport

Le duo Idris Elba et Tilda Swinton

Malheureusement, l’équilibre n’est pas parfait. On passe trop de temps sur le génie qui raconte ses expériences antérieures. La première donne un avant-goût, la seconde est ennuyante et la troisième arrive à redonner de l’intérêt. Une fois que ces “souvenirs” sont passés, on attaque la romance actuelle. Il va y avoir un vrai sens philosophique sur les notions de désir et d’amour. La relation se noue entre le djinn et Alithea. Quel dommage que cela met trop de temps à se positionner sur cet axe, car c’était celui-là le plus prenant. On va tout de même bien profiter jusqu’à la fin de la beauté donné au sens de la vie.   

Idris Elba assure dans le rôle du génie. Il a un art de la narration. Tilda Swinton est très bien dans la peau cette femme prisonnière de sa zone de confort. Son lien avec cette entité surnaturelle permet à Alithea de se dépasser.    

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :