Les Volets verts – Un grand Gérard Depardieu au milieu du vide

Les Volets verts : « Les Volets verts » dresse le portrait d’un monstre sacré, Jules Maugin, un acteur au sommet de sa gloire dans les années 70. Sous la personnalité célèbre, l’intimité d’un homme se révèle.

Les Volets verts | ARP Sélection
Les Volets verts | ARP Sélection

Les Volets verts

Note : 2.5 sur 5.

C’est une réalisation de Jean Becker quatre ans après son dernier film Le Collier rouge. Les Volets verts est adapté du roman de Georges Simenon. Le scénario a été écrit par Jean-Loup Dabadie avant sa mort en 2020. Pour la seconde fois, cette année Gérard Depardieu va jouer dans la version cinématographique d’un roman de Georges Simenon après Maigret en février. Ce drame français est sorti le 24 août 2022 en salle.

Emblématique des 70’s

Préparez-vous à voyager dans le temps, direction le Paris des années 70. L’ambiance nostalgique va être de mise avec Les Volets verts. Pour créer l’atmosphère, le film a tourné dans des lieux mythiques de la capitale comme les théâtres du Mogador et de la Porte Saint-Martin, les brasseries Le Balzar et Bofinger, ou encore le restaurant Le Bœuf sur le Toit. Si en plus, à l’affiche, on retrouve Gérard Depardieu et Benoît Poelvoorde, cela peut être assez prometteur.   

Le jeu des acteurs vaut le détour. Gérard Depardieu est tout simplement fantastique. Il interprète un acteur de théâtre. Cela lui permet de se montrer lorsqu’il est sur scène. En-dehors des planches, il impose son style atypique. C’est le Gérard qu’on aime. Le choix de Benoît Poelvoorde est judicieux. L’acteur belge montre encore une fois tout son talent. Le personnage de Fanny Ardant est sous exploité alors qu’il avait du potentiel. Les acteurs plus secondaires assurent à l’image de Anouk Grinberg et Fred Testot.

Les Volets verts | ARP Sélection
Les Volets verts | ARP Sélection

Le talent ne suffit pas

Malheureusement, en dehors d’admirer leur jeu, il ne reste pas grand-chose. L’histoire ne va pas être des plus passionnantes. On a un enjeu principal avec la santé fragile de cet homme vu son hygiène de vie. Durant une bonne partie du film, cela n’a pas d’impact sur le dérouler. Le film se contente de se laisser porter en appuyant tout sur ses acteurs. Même si ceux-ci sont excellents, ce n’est pas suffisant. L’ennui est donc souvent au rendez-vous.   

Sur la fin, il y a un regain d’intérêt. Jules Maugin est en bout de course. Il n’hésite pas alors à tout mettre sur la table. L’attachement à lui va enfin se mettre en place. En revanche, cela arrive sûrement trop tard.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :