Rebel – La glaçante réalité des départs en Syrie pour un des films de l’année

Rebel : Kamal décide de se rendre en Syrie afin de venir en aide aux victimes de la guerre. Mais à son arrivée, il est forcé de rejoindre un groupe armé et se retrouve bloqué à Raqqa. Son jeune frère Nassim, qui rêve de le rejoindre, devient une proie facile pour les recruteurs du djihad. Leïla, leur mère, tente alors de protéger son plus jeune fils.

Rebel | Bac Films
Rebel | Bac Films

Rebel

Note : 5 sur 5.

C’est une réalisation d’Adil El Arbi et Bilall Fallah. Ils ont fait récemment parler d’eux, car leur film, Batgirl, a été annulé sauvagement par Warner. Le duo belge a écrit le scénario avec Jan Van Dyck et Kevin Meul. Rebel a été présenté en séance de minuit au Festival de Cannes 2022. Ce drame belge sort le 31 août 2022 en salle.

De Molenbeek à Raqqa

Il aura fallu attendre le mois d’août pour avoir le film de l’année. Bien que 2022 ne soit pas fini, Rebel a mis la barre est trop haut pour être concurrencé. Ce drame va s’attaquer au terrible sujet de la radicalisation. Loin des standards habituels, les réalisateurs belges ont le courage d’offrir une autre vision, quitte à déplaire. Une prise de risque jusque dans la réalisation avec des passages où la danse et la musique vont délivrer beaucoup de puissance pour appuyer le récit ainsi que les thématiques.   

Rebel va s’attaquer aux sujets de la radicalisation et des Belges qui sont allés en Syrie. Nous voyageons entre Molenbeek et Raqqa. Le film démarre alors que Kamal est déjà en Syrie. Des flash-back vont faire comprendre ce qui l’a poussé à y aller. Le plus intéressant est de voir sa réaction face aux différents événements. On ne va pas le percevoir comme un bourreau, mais plutôt comme un esprit égaré. Un traitement qui n’est pas habituel pour les jeunes partis voulant faire tomber Bachar el-Assad. Cette dose d’humanité est très forte. On va s’attacher à Kamal. C’est aussi l’occasion de voir toutes les exactions qui sont faites par l’État islamique, mais aussi l’armée du dictateur syrien. L’horreur est toujours présente lors des parties lors des passages au Moyen-Orient. Un bon nombre de scènes vont être glaçantes.   

Rebel | Bac Films
Rebel | Bac Films

Une émotion omniprésente

Les parties en Belgique vont être tout aussi intéressantes. Il va permettre de comprendre tout le contexte familial qui a façonné Kamal. En réalité, c’est le besoin de reconnaissance qui a poussé cet homme à partir en Syrie. Le récit tourne aussi autour du petit frère. Celui-ci est perturbé par le départ de Kamal. Il va donc devenir une proie facile pour les recruteurs. On va voir tout le processus pour le convaincre de rejoindre son grand frère en Syrie. Ces passages sont déchirants, car ils exploitent toutes les faiblesses d’un gamin pour lui faire commettre les pires actes. Sur le fond, la portée de Rebel est très pertinente, car il faut comprendre les causes de ces départs pour les en empêcher l’avenir.    

Tous les acteurs du film sont parfaits. Aboubakr Bensaihi sublime son personnage. Au départ, on ressent en lui beaucoup de colère puis de désespoir face à la situation dans laquelle il a atterri. C’est la même chose pour le petit frère. Nassim a la rage de voir son frère traîné dans la boue par les autres. Amir El Arbi montre parfaitement cette confusion. La mère est aussi très émouvante. Pour montrer la ténacité qu’elle a pour défendre ses enfants, Lubna Azabal est géniale.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :