Nope – Jordan Peele revisite avec succès le genre extraterrestre

Nope :  Les habitants d’une vallée perdue du fin fond de la Californie sont témoins d’une découverte terrifiante à caractère surnaturel.   

Nope | Universal Pictures
Nope | Universal Pictures

Nope

Note : 4 sur 5.

C’est une réalisation de Jordan Peele après les remarqués Get Out (2017) et Us (2019). Il en a écrit le scénario. Ce film horrifique américain est sortie le 10 août 2022 en salle.

Dans la lignée de « Rencontres du 3ème type »

Après ses derniers succès, chaque film de Jordan Peele est attendu avec impatience. On connaît désormais son style atypique. Cette fois, inspiré de Rencontres du 3ème type de Steven Spielberg, il va s’attaquer au genre des extraterrestres. Afin d’offrir une œuvre unique, le réalisateur nous plonge dans une ambiance cow-boy en Californie.   

La construction de Nope est l’un des points-clés. Elle met du temps à se former. Le réalisateur prend soin de bien nous installer le contexte. Le rythme étant lent, cela va sembler long pour certains. En revanche, chaque détail va avoir son importance par la suite. Jordan Peele a fait un travail d’orfèvre.   

Nope | Universal Pictures
Nope | Universal Pictures

Une ville western sous acide

Une fois que le déclic se fait, le film va prendre une tout autre dynamique. Déjà dans l’intensité. Celle-ci va devenir élevée. Le mot horrifique va commencer à prendre tout son sens tant la tension va être palpable. En plus de cela, on sent une volonté d’impressionner. La photographie va nous offrir quelques plans sublimes. Ceux-ci vont donner une impression de grandeur. La bande originale suit le même chemin.   

Comme pour Get Out, on va retrouver Daniel Kaluuya pour jouer le personnage principal. Son jeu stoïque va comme un gant à ce dresseur de chevaux. En revanche, Keke Palmer dans la peau de sa sœur n’est pas des plus convaincantes. Elle va en faire trop. Par contre, l’apport de Brandon Perea est appréciable dans le côté complotiste. Un aspect traité avec une pointe d’humour.   

On connaît l’importance de Jordan Peele d’avoir des films revendicatifs et c’est encore le cas. La critique sociétale vise cette fois la volonté de l’homme de toujours vouloir dompter la nature. Le personnage de Ricky va en être tout le symbole. Le passage du chimpanzé va prendre tout son sens. Cette obsession de domination va mal finir. 
 

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :