As bestas – Marina Foïs et Denis Ménochet face à la haine d’un village espagnol

As bestas : Antoine et Olga, un couple de Français, sont installés depuis longtemps dans un petit village de Galice. Ils ont une ferme et restaurent des maisons abandonnées pour faciliter le repeuplement. Tout devrait être idyllique mais un grave conflit avec leurs voisins fait monter la tension jusqu’à l’irréparable…

As bestas | Le Pacte
As bestas | Le Pacte

As bestas

Note : 3.5 sur 5.

C’est une réalisation de Rodrigo Sorogoyen. L’espagnol est spécialiste dans le drame et le thriller avec notamment El Reino lui ayant rapporté deux Goyas du meilleur scénario et meilleur réalisateur. Il a écrit le scénario avec Isabel Peña qui collabore régulièrement avec lui.  Ce thriller dramatique hispano-français est sorti le 20 juillet 2022 en salle.

Une intégration éprouvante

L’Espagne est généralement un pays d’accueil chaleureux pour les touristes. Il existe cependant des endroits plus reculés où les montagnards n’acceptent pas les Français venant s’installer sur leur terre. L’intrigue se déroule en effet dans un village en déclin comme il en existe beaucoup en Espagne, où les habitants se méfient des étrangers. Ça va être dans ce climat que Marina Foïs et Denis Ménochet vont vivre une relation très difficile avec leur voisinage. 

Avec une première scène choque montrant des aloitadores, As bestas va très vite nous prendre en haleine. En revanche, cette introduction risque de révolter les amis des chevaux. Durant tout le film, l’atmosphère va être tendue. On voit la relation dégradée entre les Français et leurs voisins Espagnols. À n’importe quel moment le feu peut s’allumer. On regrette toutefois que ce thriller soit trop long. Le rythme est très lent. Il aurait pu être raccourci de 20 minutes pour un résultat plus pêchu. Il y a seulement une poignée de scènes vraiment marquantes. 

As bestas | Le Pacte
As bestas | Le Pacte

Peur de l’étranger

C’est aussi en partie dû au mari qui est trop timoré. En réalité, il y a un manque de cohérence dans l’écriture de son personnage. D’un côté Antoine, va être très lâche et donc s’écraser devant toutes les situations sensibles, mais de l’autre, il va les provoquer. C’est plutôt étrange, car un homme dépourvu de courage ne va pas rentrer volontairement dans le danger pour ensuite le fuir. La scène de la station de naissance en est le symbole. Pour autant, Denis Ménochet se débrouille très bien dans son jeu. Avec le peu qu’on lui donne, il arrive à faire quelque chose de respectable.

Les personnages des frères Anta sont beaucoup plus intéressants. La haine qu’ils portent au couple les rend antipathiques. Pour autant, nous comprenons leur rancœur au vu de leur situation précaire et la difficulté de vivre dans ce village. Il faut saluer le jeu de Luis Zahera et Diego Anido. 

La seconde partie va être plus focalisée sur la femme. Sa débrouillardise et son courage vont être mis en avant. Olga ne lâche rien. Elle est obstinée dans sa quête. Marina Foïs va faire un travail remarquable. Cette actrice est exceptionnelle et sublime son personnage. Dommage que les passages avec la fille soient insupportables. En effet Marie Colomb, malgré la bonne impression laissée dans Les Magnétiques, passe à côté de son rôle.

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :