Ténor – La révélation de The Voice MB14 se transforme en chanteur lyrique

Ténor : Antoine, jeune banlieusard parisien, suit des études de comptabilité sans grande conviction, partageant son temps entre les battles de rap qu’il pratique avec talent et son job de livreur de sushis. Lors d’une course à l’Opéra Garnier, sa route croise celle de Mme Loyseau, professeur de chant dans la vénérable institution, qui détecte chez Antoine un talent brut à faire éclore. Malgré son absence de culture lyrique, Antoine est fasciné par cette forme d’expression et se laisse convaincre de suivre l’enseignement de Mme Loyseau. Antoine n’a d’autre choix que de mentir à sa famille, ses amis et toute la cité pour qui l’opéra est un truc de bourgeois, loin de leur monde.  

Ténor | StudioCanal
Ténor | StudioCanal

Ténor

Note : 3 sur 5.

Claude Zidi Jr. signe son premier film en solo après sa co-réalisation avec Cyrille Droux sur la comédie Les Deguns. Ils sont écrits ensemble le scénario de Ténor avec Raphaël Benoliel. Cette comédie française est sortie le 4 mai 2022 en salle

Toujours les mêmes clichés récurrents

Quelques mois après l’excellent Mes frères et moi, le cinéma français se penche de nouveau sur l’opéra dans les quartiers populaires. Cette fois-ci, cela va être un jeune homme qui va se prendre d’amour pour cette musique. Le film contient tous les éléments qui sont habituellement présents dans un film sur la banlieue. Un jeune ne sachant pas ce qu’il veut, une famille à problèmes et un talent à exploiter, la recette est toujours la même. Cela manque grandement d’originalité.    

Ça va être le constat global par rapport à ce drame. En effet, Ténor s’enfonce sans arrêt dans les clichés. Au début, ce n’est pas dérangeant, mais à force ça va commencer à le devenir. Sur la fin, c’est même franchement ridicule. S’il y avait un cahier des charges “film de banlieue”, elle serait tout cocher. Ce qui est dommage est que ce genre de film ne représente pas les quartiers populaires, mais plutôt l’image que des cinéastes s’en font. Cela manque clairement de nuances et de subtilité. À quand le jour où nous proposera un jeune de quartier populaire, ayant un talent et l’exploitant sans nous mettre de la prison ou encore des affrontements entre quartiers. En réalité, on se rend compte que malgré les qualités de ce film, le schéma redondant, qui nous est proposé, commence réellement à fatigue.   

Ténor | StudioCanal
Ténor | StudioCanal

L’opéra bien mis en valeur

Il faudrait toutefois être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître les qualités de Ténor. Déjà, car on se penche sur le milieu de l’opéra et c’est toujours bien de mettre un style qui n’est pas popularisé sur grand écran. Les musiques reprises vont être certes connues mais efficace. On va passer véritablement un bon moment à chaque fois que la chanson a été poussée, car les voix sont véritablement magnifiques. On aurait même aimé qu’il y en ait plus. C’est quand même sympathique de découvrir de l’intérieur ce monde. Le contraste avec les quartiers populaires n’en sera que plus marqué. Il n’aurait pas été mal de miser un peu plus sur le côté sentimental afin de faire oublier le schéma narratif redondant. On est beaucoup dans le factuel et l’émotion peine à trouver sa place. 

Le choix du casting est brillant. Le rôle principal sera pour Mohamed Belkhir alias MB14. Ce chanteur a été connu du grand public grâce à The Voice, et vit sa première expérience au cinéma. Une grande satisfaction tant il maîtrise totalement son personnage. On apprécie aussi de retrouver une Michèle Laroque qui retrouve des couleurs après plusieurs films en demi-teinte. Afin de rajouter du réalisme, ils sont entourés par de vrais chanteurs lyriques à l’image de Marie Oppert et Louis de Lavignère. Les rôles secondaires, de Guillaume Duhesme et Samir Decazza, apportent un côté comique efficace. 

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :