L’Emprise du vice – Alyssa Milano fait un flop dans un thriller policier bancal

L’Emprise du vice : Auteure de polars, Grace Miller a l’instinct aiguisé et s’y connaît en mobiles. Son expertise l’aidera-t-elle à percer le mystère du meurtre de sa sœur ?

L'Emprise du vice | Copyright Netflix
L’Emprise du vice | Copyright Netflix

L’Emprise du vice

Note : 2 sur 5.

C’est une réalisation de Monika Mitchell à qui on doit habituellement des films de Noel comme L’alchimie de Noël en 2020. Pour écrire le scénario, Edithe Swensen, Donald Martin et Suzette Couture, ont adapté un roman de Nora Roberts. Ce thriller policier américain est disponible le 13 janvier 2022 sur Netflix.

On a connu pire

Ce thriller policier s’est fait littéralement détruire sur les différentes plateformes de notation, et pourtant, on a déjà vu largement pire sur Netflix. L’histoire n’est pas désagréable. Certes, elle ne va pas être très recherchée, mais son déroulement est fluide la majorité du temps. La plateforme a pris des gants avec la partie un peu plus “érotique”. En effet, la sœur assassinée est danseuse pour des cam hots, mais dans ce qui va être montré, cela reste très soft. Peut-être un peu trop, car finalement ce côté pêché de la chair, est un élément capital. Le réduire bride l’identité de L’emprise du Vice. 

Comme souvent, dans un film de ce niveau, on va nous submerger de suspect pour donner du grain à moudre. En soi, cela permet de ne pas être devant un contenu ennuyant, après la pertinence atteint vite ses limites. Monika Mitchell n’est clairement pas habituée à réaliser des thrillers et cela se ressent dans la mise en scène. Elle est beaucoup trop évidente et on devine rapidement qui est innocent. Le résultat est qu’au bout du énième suspect, on veut juste en finir et savoir qui va porter le chapeau. Au passage, beaucoup vont le deviner avant même la fin de la première partie. 



L'Emprise du vice | Copyright Netflix
L’Emprise du vice | Copyright Netflix

J’aime cet article de L’Emprise du vice

Même si ça ne vole pas bien haut

On va donc appuyer sur un point sensible qui est la conclusion assez catastrophique. On en vient même à se demander pourquoi nous avoir fait un film avec autant d’événement, c’est pour avoir ça à la fin. Celle-ci n’a pas grande logique quant aux motivations du meurtrier. Rien ne se tient et c’est un peu agaçant. On se demande pourquoi nous avoir fait un film pour avoir cette fin.

L’emprise du Vice est l’occasion de revoir Alyssa Milano. L’actrice ne s’est jamais vraiment relevée de là de Charmed. Elle a été l’idole de toute une génération et il est dur de se rendre compte après tant d’années que son jeu est mauvais. À sa décharge, elle ne va pas être aidée par un personnage un peu trop volatil. Elle débute comme écrivaine pour finir experte en profiler. C’est un peu tiré par les cheveux. Heureusement, Sam Page est quand même un niveau au-dessus. Lui aussi transfuge du monde de Noël et des romances, il n’a pas à rougir de sa prestation.

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :