Les Leçons Persanes – Nahuel Perez Biscayart ruse pour ne pas être exécuté par les nazis

Les Leçons Persanes : 1942, dans la France occupée, Gilles est arrêté pour être déporté dans un camp en Allemagne. Juste avant de se faire fusiller, il échappe à la mort en jurant aux soldats qu’il n’est pas juif mais persan. Ce mensonge le sauve momentanément puisque l’un des chefs du camp souhaite apprendre le farsi pour ses projets d’après-guerre. Au risque de se faire prendre, Gilles invente une langue chaque nuit, pour l’enseigner au capitaine SS le lendemain. La relation particulière qui se crée entre les deux hommes ne tarde pas à éveiller la jalousie et les soupçons des autres… 

Les Leçons Persanes | Copyright HYPE FILM
Les Leçons Persanes | Copyright HYPE FILM

Les Leçons Persanes

Note : 4.5 sur 5.

C’est une réalisation de l’Ukrainien Vadim Perelman qui va se baser sur la nouvelle « Erfindung einer Sprache » (« Invention d’une langue ») de Wolfgang Kohlhaase, parue en 2021. Le scénario a été écrit par Ilja Zofin.  Ce drame historique russo-allemand est disponible le 19 janvier 2022 en salle.

La menace du camp de transit

Les Leçons Persanes va se pencher sur les camps de transit. Ce sont des camps de concentration spécifique par là où transitaient les prisonniers avant d’être envoyés en camp d’extermination. Le camp de transit de Drancy, situé en banlieue parisienne, était le plus grand de France. Plus de 80 000 Juifs auront été détenus à Drancy, entre mai 1941 et août 1944. Pour la représentation de ce film, ils se sont inspirés du camp de concentration Natzweiler Struthof situé entre la France et l’Allemagne, dans le nord-est de l’Hexagone.    

Le récit va être inspiré par beaucoup d’histoires s’étant réellement produites et dans lesquelles des prisonniers ont réussi à s’échapper grâce à leur ruse. Il faut donc se rendre compte que ce qui passe devant nos yeux à une véritable connotation. Cela donne une ampleur bien particulière. Alors certes, dans le synopsis, on peut se dire que cela fait gros donc peu crédible de se faire passer pour un Perse. Une chose est sûre, la manière dont s’est tournée est tout à fait crédible. Ce récit va monter en puissance dans l’intensité. Il est de plus en plus passionnant. Un véritable suspense se crée afin de savoir si Gille “Reza” va s’en sortir.    



Les Leçons Persanes | Copyright HYPE FILM
Les Leçons Persanes | Copyright HYPE FILM

J’aime cet article de Les Leçons Persanes

Oblige à inventer une langue pour survivre

Cette idée de se faire passer pour un Perse est donc brillante. Il est fascinant de voir cet homme créer sa propre langue pour faire croire qu’il parle le farsi. C’est tellement ingénieux. Son système pour trouver des mots arrive à nous captiver. Forcément, faire plus de deux mille mots nécessite une parfaite coordination et on sent qu’il est sans cesse sur le fil de rasoir. Sa prise de risque est maximale, car il se moque littéralement du commandant nazi. Un pied-de-nez fantastique tant par l’audace que par l’exécution.    

Lauréat du César du Meilleur jeune espoir masculin en 2018 pour 120 battements Par Minute, Nahuel Perez Biscayart est grandiose dans ce rôle. Il a une véritable profondeur. Son personnage est pointu et sa performance est à la hauteur des enjeux. Ce qui fait la différence est aussi le commandant Klaus Koch. Déjà grâce à Lars Eidinger qui est véritablement un acteur de grande qualité, mais aussi par sa construction. Au début, nous sommes dans l’image “tout blanc ou tout noir”. Cependant, cela va évoluer et il va gagner en nuances. Certes, il garde son côté violent, symbole d’un système nazi dévastateur, mais on commence à comprendre ce qui l’a conduit là. Son histoire est dévoilée dans une scène assez touchante. Il ne passera pas pour une victime, il ne faut pas exagérer, mais on voit en lui toute une génération manipulée par le nazisme.    

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :