Maudit! – Hanté par les fantômes de sa culpabilité

Maudit! – Hanté par les fantômes de sa culpabilité

23 novembre 2021 0 Par doisjelevoir

Maudit! : Alix part à la recherche de son ami disparu dans les hauteurs sauvages de La Réunion, hanté par l’histoire violente et complexe de cette île, habité par les fantômes du colonialisme et de l’esclavage.

Maudit!
Maudit!

Maudit!

Note : 2 sur 5.

C’est une réalisation d’Emmanuel Parraud qui n’en est pas à son premier long-métrage sur l’ile située dans l’Ouest de l’océan Indien, à la fois un département et une région d’outre-mer français. Il en a aussi écrit le scénario. Le 17 novembre 2021 en salles

Je n’ai pas trop accroché à ce film que j’ai trouvé pas terrible.

Un ancêtre mort

Pourtant, Maudit! par d’une bonne idée. Nous allons être plongés dans l’ile de la Réunion avec Alix. Celui-ci va être plongé dans un trouble après un accident survenu avec son ami. Durant tout le film il va être perturbé par des “apparition”. Sur le principe c’est bien trouvé dans un style un peu mystique. Quelques scènes vont d’ailleurs être de très grande qualité, notamment une dans un bar où justement son trouble va aller à son paroxysme. Cela permet aussi d’explorer la façon dont les vivants et les morts cohabitent dans la culture réunionnaise.

En revanche, l’exploitation du concept pèche à plusieurs reprises. En effet, c’est beaucoup trop vague durant la majorité du temps. On met énormément à rentrer dedans alors que le film ne dure que 1h17. Au bout d’un moment on arrive à cerner le pourquoi du comment, mais il faut s’accrocher tout de même. Je pense que l’aspect métaphorique est trop poussé et cela peut ne pas parler à énormément de monde. Le problème vient aussi du fait que l’on part d’un événement concret pour partir sur du vague. Le cheminement dans ce sens-là n’est pas toujours évident. Finalement, j’ai trouvé que l’ensemble n’arrivait pas à avoir un équilibre satisfaisant.

Maudit!
Maudit!

 

 

Est toujours présent à tes côtés

De plus, je n’ai pas été fan du traitement de l’image. Emmanuel Parraud a décidé de tourner en 1/33, notamment en clin d’œil aux films des années 70 dont ceux que George A. Romero. Cependant, selon moi ce n’est pas adapté à ce cadre. En effet, les paysages de la Réunion incarnent bien l’esprit un peu mystique, mais nous ne pouvons pas trop en profiter avec cette pellicule. Pour certains passages, elle peut se comprendre mais c’est une minorité du temps. Cela plonge le film dans le passé. De plus, la colométrie est très brute. J’avais l’impression d’être devant un téléfilm. Dommage car cet esthétisme apporte une vision un peu négative.

Cependant, je tiens à saluer le jeu des acteurs. Farouk Saidi est un comédien amateur qui se débrouille assez bien. Alors certes, cela se voit qu’il n’est pas professionnel sur certains points mais il met du cœur et ça compense largement. J’ai aussi apprécié Aldo Dolphin. Les découvertes du casting sont donc de belles satisfactions.

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Maudit! – Hanté par les fantômes de sa culpabilité

Visitez le site de notre Partenaire YouthCulture