Dear Zachary : A Letter to a Son About His Father – Recueille sur l’assassinat d’un futur père

Dear Zachary : A Letter to a Son About His Father – Recueille sur l’assassinat d’un futur père

12 août 2021 0 Par doisjelevoir

Andrew Bagby, un ami proche de Kuenne, est assassiné par Shirley Jane Turner après que ce dernier a mis fin à sa relation avec elle. Peu de temps après son arrestation, Turner annonce qu’elle est enceinte de l’enfant de Bagby, un garçon qu’elle a appelé Zachary. 

Dear Zachary : A Letter to a Son About His Father

Note : 1.5 sur 5.

C’est une réalisation de Kurt Kuenne qui a étudié le cinéma à l’University of Southern California. Auparavant, il avait fait en 2007 le court métrage Validation disponible sur Youtube. 

Le Festival du Vidéo Club continue de me faire découvrir des films, seulement avec ce documentaire j’ai été pas mal agacé. 

Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Je n’apprécie pas du tout ce genre de documentaire qui flirte allègrement avec le voyeurisme sur certaines parties. Comme expliqué dans le synopsis, le réalisateur a perdu un ami assassiné. Il a donc voulu construire un recueille d’interview pour le bébé qui ne connaîtra jamais son père. L’intention est tout à fait louable, seulement sa mise en pratique beaucoup moins.  

La manière dont s’est monté fait penser réellement à un documentaire choc Netflix. Quand c’est sur le service de SVOD cela me dérange moins car on sait qu’on va voir du sensationnel, là c’était censé être humain. Le réalisateur arrive à placer les images d’archives pour faire réagir le spectateur. On est submergé d’information. 

Le problème, c’est qu’au final l’histoire est certes extrêmement triste, mais est somme toute banale pour les États-Unis où le taux d’homicide par arme à feu est le plus élevé pour un pays occidental. La volonté de faire ce côté tapageur sonne donc totalement fausse. J’aurais voulu avoir une vraie émotion mais c’est strictement impossible avec des interventions ne durant pas plus de 20 secondes pour donner un côté outrancier.  

Pour ne rien arranger, sur la fin et un nouvel événement dramatique révélé, la colère et la tristesse des (grands) parents va être totalement mise en scène avec un montage grossier. Ça m’a scandalisé de se servir à ce point d’une tristesse pour servir un documentaire censé au départ en plus être privé. 

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook