On va voir ce que donne la comédie française PERDRIX sortie la semaine dernière et qui avait été présentée à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes.

C’est le premier long-métrage d’Erwan Le Duc qui pour la petite histoire est journaliste sportif au quotidien Le Monde.

Dans PERDRIX, on retrouve le gendarme Pierre Perdrix (Swann Arlaud) qui va enquêter sur le vol de la voiture d’une femme (Maud Wyler) assez insolite.

J’ai trouvé ce film vraiment nul. Je n’y ai vu aucun intérêt. J’essaie de chercher quelques choses de positif à dire dessus mais je ne trouve pas. Déjà, l’ambiance est assez spéciale, voire glauque. Si on ajoute la musique, c’était limite oppressant par moments. Pour ne rien arranger, certains plans sont vraiment bizarres avec des zooms abusifs. Cela vient accompagner une histoire vide. Je me suis énormément ennuyé durant le dérouler de ce récit. Il ne se passe rien. Quand on lit des anecdotes sur la manière dont le scénario a été fait, on comprend mieux ce parcours chaotique. On va enfoncer le clou avec des acteurs tout simplement insipides. Swann Arlaud comme à son habitude est très effacé, trop effacé. J’aimerais le voir changer de registre un peu. Quant à Maud Wyler, je serai gentil en disant que sa prestation est catastrophique. Sa manière de jouer est insupportable.

Avec PERDRIX, son réalisateur c’est fait son petit kiffe, mais je n’ai pas du tout accroché.

Publicités