Titre : JOHNNY GUITARE

Année de Sortie : 1955

Genre : Western / Drame

Nationalité : Américain

Avis : Pourquoi pas ?

À la demande de Vienna (Joan Crawford), tenancière d’un saloon, Johnny Guitare (Sterling Hayden) arrive pour prendre son poste… Alors moi qui ne suis absolument pas fan du genre western, j’ai vraiment apprécié ce film. Nicholas Ray prend tout ce qui fait l’essence du western mais le détourne pour proposer un film bien plus intéressant, moins contemplatif bien que bavard et même si l’histoire est un quatuor amoureux plutôt basique.

La mise en scène est parfaite, notamment toute la première partie en huis clos dans le saloon où tous les personnages arrivent. La tension monte crescendo pour redescendre lentement avec une bagarre et un moment comique.

L’histoire tourne autour de 2 femmes fortes, ce qui est inédit à l’époque. Joan Crawford est impressionnante de charisme, sa gestuelle et stature sont d’une froideur implacable. En face, Mercedes McCambridge semble possédée par une colère. On remarquera qu’elle est tout le temps représentée en noir, tel le démon qu’elle essaie de ne pas montrer. Côté cowboys, on a Sterling Hayden en «héros» qui joue plutôt le rôle du spectateur et Scott Brady avec un personnage très intrigant.

Bref, il y a tellement de choses à dire, mais comme l’a dit mon voisin hier : «Ça c’est du cinoche!».

Auteur : @laseance_de_benjamin