Tirailleurs – Omar Sy pour ne pas oublier

Tirailleurs | Gaumont

Tirailleurs : 1917. Bakary Diallo s’enrôle dans l’armée française pour rejoindre Thierno, son fils de 17 ans, qui a été recruté de force. Envoyés sur le front, père et fils vont devoir affronter la guerre ensemble. Galvanisé par la fougue de son officier qui veut le conduire au cœur de la bataille, Thierno va s’affranchir et apprendre à devenir un homme, tandis que Bakary va tout faire pour l’arracher aux combats et le ramener sain et sauf.

Tirailleurs | Gaumont
Tirailleurs | Gaumont

Tirailleurs

Note : 4 sur 5.

C’est une réalisation de Mathieu Vadepied. Il a eu l’idée de ce film en 1988 suite à la mort du dernier tirailleur sénégalais, Abdoulaye Ndiaye à l’âge de 104 ans. Accompagnés d’Olivier Demangel (Novembre), ils ont mis six ans à écrire le scénario. Le film a été présenté en ouverture de la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2022. Ce drame historique français est sorti le 4 janvier 2023 en salle.

Une bonne note pour finir 2022

Nous sommes plongés en plein cœur de la Première Guerre mondiale. Plus précisément avec les tirailleurs sénégalais. À l’époque, ils avaient été 200.000 à combattre sur le front, dont l’immense majorité arrachée par la force à leur village. Plus de 30.000 ont trouvé la mort sur le champ de bataille. Tirailleurs permet donc d’éveiller les consciences sur une réalité souvent oubliée. Il n’y a qu’à voir certains retours pour comprendre qu’elle dérange une partie de l’échiquier politique. Grâce à ce film, c’est l’occasion pour les jeunes de découvrir les conditions terribles de la guerre. Un rappel qui n’est pas inutile. On voit aussi la différence de traitement entre les tirailleurs et les poilus. Alors que tous ces soldats étaient solidaires entre eux, les discriminations venaient des hautes hiérarchies.    

Tirailleurs | Gaumont
Tirailleurs | Gaumont

La beauté d’une histoire

Il ne faut pas s’attendre à un pur film de guerre en allant voir Tirailleurs. Il n’y a en réalité pas beaucoup d’action. Seules deux batailles sont montrées. Celles-ci ne sont pas spécialement bien filmées. C’est d’ailleurs un des bémols. Nous aurions aimé être plongés plus durement dans les luttes de ces soldats. Au lieu de cela, ce drame prend l’optique de se centrer sur la relation entre le père et le fils. Alors qu’au village, Thierno écoutait aveuglément son père Bakary, le contact de la guerre le change totalement. Désormais, il va s’épanouir dans un chemin que n’approuve pas son père. Thierno a une volonté de se détacher de Bakary pour prouver qu’il est un homme. 

Alassane Diong est sans conteste la belle surprise de Tirailleurs. On aurait pu craindre que la présence d’Omar Sy ne l’efface, c’est tout le contraire. Il met une force de caractère impressionnante dans l’interprétation de Thierno. Ses rapports avec Omar Sy sont touchants. On a est devant un fils et un père qui s’aiment sans se le dire. Ce dernier fera tout pour protéger sa progéniture. Dans la peau de Bakary, Omar Sy est impeccable. Cela fait depuis 2019, et Le Chant du Loup, que nous n’avions pas vu l’acteur français dans un rôle sérieux. Beaucoup d’acteurs secondaires viennent agrémenter le périple militaire. On retient surtout Jonas Bloquet, Alassane Sy, et surtout le prometteur Bamar Kane vu récemment dans la satire sociétale Le Monde d’après.   

Tirailleurs | Gaumont
Tirailleurs | Gaumont

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :