Vous n’aurez pas ma haine – Les mots d’un homme en deuil après le Bataclan

Vous n'aurez pas ma haine | Haut et Court

Vous n’aurez pas ma haine : Comment surmonter une tragédie sans sombrer dans la haine et le désespoir ? L’histoire vraie d’Antoine Leiris, qui a perdu Hélène, sa femme bien-aimée, pendant les attentats du Bataclan à Paris, nous montre une voie possible : à la haine des terroristes, Antoine oppose l’amour qu’il porte à son jeune fils et à sa femme disparue.   

Vous n'aurez pas ma haine | Haut et Court
Vous n’aurez pas ma haine | Haut et Court

Vous n’aurez pas ma haine

Note : 1.5 sur 5.

C’est une réalisation de Kilian Riedhof. Pour écrire le scénario en compagnie de Marc Blöbaum, Stéphanie Kalfon et Jan Braren, ils adaptent le livre d’Antoine Leiris publié en 2016. Ce drame français est sorti le 2 novembre 2022 en salle.

Une histoire vraie

En novembre 2015, via Facebook, Antoine Leiris avait écrit une lettre dont les mots émeuvent la France. Elle revenait sur la mort de sa femme au Bataclan quelques jours plus tôt.   

Il est regrettable de constater que la force de cette histoire vraie ne passe pas à l’écran. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer. Tout d’abord les sorties précédentes d’Au Revoir Paris et de Novembre. Ces deux films ont déjà exploité le sujet intensément. Ensuite, la construction du récit n’est pas impactant. On ne partage pas assez la vie du couple pour créer un lien avec Hélène, la future victime. De plus, l’écriture de cette lettre sur Facebook arrive trop tôt. Ce qui en suit paraît peu important. 

Vous n'aurez pas ma haine | Haut et Court
Vous n’aurez pas ma haine | Haut et Court

Un blocage

La portée émotionnelle de Vous n’aurez pas ma haine s’en retrouve limitée. Alors qu’entendre pour la première fois ces mots aurait dû être un point culminant, il n’en est rien. Kilian Riedhof ne sublime pas ce passage. De façon générale, aucune émotion ne passe. Le spectateur se rend forcément compte de la douleur qu’a due ressentir Antoine Leiris dans la réalité, en revanche, son personnage à l’écran laisse de marbre.    

Le choix de prendre Pierre Deladonchamps est discutable. On ne remet pas en cause le talent de cet acteur ayant brillé récemment dans Reprise en main et La Page blanche. Par contre, il n’est pas le meilleur pour retranscrire des émotions tristes. Cela empêche d’avoir toute empathie pour Antoine. La représentation de la petite Melvil devient vite agaçante. C’est un caillou dans la chaussure à chacune de ses apparitions. La brève performance de Camélia Jordana est à souligner par sa qualité, tout comme celle de Yannick Choirat

Vous n'aurez pas ma haine | Haut et Court
Vous n’aurez pas ma haine | Haut et Court

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :