Esther – L’orpheline machiavélique devenue culte

Esther : Après avoir perdu l’enfant qu’elle attendait, la fragile Kate voit ressurgir les douloureux souvenirs d’un passé qu’elle préférerait oublier. Hantée par des cauchemars récurrents, et décidée à retrouver une vie de couple équilibrée, elle fait le choix, avec son compagnon John, d’adopter un enfant. A l’orphelinat voisin, Kate et John se sentent étrangement attirés par une fillette, Esther. Mais Kate ne tarde pas à découvrir la face cachée de la  » douce  » enfant. Autour d’elle, personne n’a rien remarqué, et nul ne semble partager ses doutes et ses inquiétudes… 

Esther | Warner Bros.
Esther | Warner Bros.

Esther

Note : 4.5 sur 5.

C’est une réalisation de Jaume Collet-Serra qui avait commencé sa carrière par le film horrifique La Maison de cire (2005). Le scénario a été écrit par Alex Mace et David Leslie Johnson-McGoldrick (Conjuring 3 : sous l’emprise du diable). Ce film horrifique américain est sortie le 30 décembre 2009 en salle. Il est disponible en VOD sur PremiereMax, VIVA et Filmo.

Un film horrifique dans les mémoires

Alors qu’Esther 2 pointe le bout de son nez, c’est le moment idéal pour se refaire le premier du nom. Celui-ci est devenu avec le temps un grand classique de la scène horrifique. On se plonge donc dans cette famille qui a adopté une enfant venant de Russie. Ce couple aurait pu passer des jours heureux s’il n’avait pas pris cette initiative. 

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles Esther est rentré dans les mémoires. Déjà, car il y a une vraie installation de l’ambiance. On voit la raison pour laquelle la famille veut adopter. Le traumatisme subi par le père et la mère qui entraîne cette décision. On apprend à connaître ces deux personnages avant l’adoption avec la part d’ombre de leur passé. Celle-ci va avoir un rôle majeur par la suite. Le contexte est lourd et cette adoption a un sens particulier pour eux. Une fois qu’elle est faite, les événements vont monter en intensité.    

Esther | Warner Bros.
Esther | Warner Bros.

Un personnage aussi maléfique que complexe

C’est là qu’intervient la fameuse Esther. Le film porte son nom et toute la tension va être tournée autour d’elle. Malgré son air angélique, on se doute qu’elle va être un danger permanent. Ce personnage est passionnant. C’est un esprit maléfique et brillant. L’horreur ne va pas être sur le gore ou le jump scare, mais de la capacité d’Ester à faire le mal. Elle va manipuler le monde à son avantage pour arriver à ses fins. C’est tellement vicieux qu’à certains moments, on serait presque de son côté.   

Que dire de la performance d’Isabelle Fuhrman ? L’actrice américaine, âgée de 12 ans à l’époque, sort une prestation qui restera dans les mémoires du style horrifique. Elle est parfaite du début à la fin. Il est d’ailleurs étonnant que sa carrière n’a pas explosé par la suite. Pour la mère, on retrouve l’inépuisable Vera Farmiga. Cela lui ouvrir le chemin pour la saga Conjuring. Peter Sarsgaard n’est pas mal non plus dans la peau du mari, tout comme la jeune Aryana Engineer qui était touchante.   

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :