La chance sourit à madame Nikuko – La déception d’un film d’animation événement du Festival d’Annecy

La chance sourit à madame Nikuko : Nikuko est une mère célibataire bien en chair et fière de l’être, tout en désir et joie de vivre – un véritable outrage à la culture patriarcale japonaise ! Elle aime bien manger, plaisanter, et a un faible pour des hommes qui n’en valent pas toujours la peine. Après avoir ballotté sa fille Kikurin la moitié de sa vie, elle s’installe dans un petit village de pêcheurs et trouve un travail dans un restaurant traditionnel. Kikurin ne veut pas ressembler à sa mère et ses relations avec Nikuko ne sont pas toujours simples. Jusqu’au jour où ressurgit un secret du passé. 

La chance sourit à madame Nikuko | Eurozoom
La chance sourit à madame Nikuko | Eurozoom


La chance sourit à madame Nikuko

Note : 2.5 sur 5.

 
C’est une réalisation d’Ayumu Watanabe après Les Enfants de la mer. Le scénario a été écrit par Satomi Ohshima. La Chance sourit à Madame Nikuko est tiré d’un roman de Kanako Nishi. Il a été présenté dans une séance événement au Festival international du film d’animation d’Annecy 2021. Ce film d’animation japonais est sortie le 8 juin 2022 en salle.

L’animation japonaise pas à son top

Il est de plus en plus fréquent d’avoir au cinéma de l’animation japonaise. La majorité du temps, ce sont des délices qui nous sont proposés, mais ça ne peut pas toujours être le cas. On va en avoir l’exemple avec La chance sourit à madame Nikuko. Loin de la qualité d’un Studio Ghibli, il ne faut pas non plus tirer à boulets rouges sur cette production du Studio 4 °C.  

Le véritable problème est qu’on navigue à vue. On commence à partir d’un côté sur la mère, avec toute l’introduction nous parlant d’elle. D’ailleurs, au passage, ce moment est bien mis en scène. Ensuite, on va plus s’axer sur la fille sans savoir pourquoi. La mère va toujours être présente, mais plus en fond. Dommage, car son potentiel avait l’air plus important que celui de la fille. Après tout, celle-ci est juste timide et n’apporte pas grand-chose. Avec elle aux manettes, on a tendance à s’ennuyer.    

La chance sourit à madame Nikuko | Eurozoom
La chance sourit à madame Nikuko | Eurozoom

Un manque d’exploitation de la matière

Surtout que d’un point de vue sentimentale, c’est limité. La relation, entre la fille et sa mère, est somme toute banale. Ce n’est pas le retournement final qui va donner de la substance. Celui-ci n’est pas assez exploré. C’est la même chose avec son camarade et sa meilleure amie. La base est présente mais trop mal exploitée. On reste à la surface et donc l’émotion ne décolle pas. Dommage, car il y a quelques scènes sublimes.   

En termes d’ambiance, ce n’est pas mal du tout. On ressent bien la ville japonaise de “province”. L’atmosphère est calme tout en nous offrant un cadre agréable. Il change de ce qu’on peut connaître habituellement notamment avec un milieu plus populaire. Cela fait du bien de sortir de Tokyo. Quant aux dessins, ils sont de bonne manufacture.   

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :