Nitram – L’histoire glaçante d’un des pires drames de l’histoire australienne

Nitram : En Australie dans le milieu des années 90, Nitram vit chez ses parents, où le temps s’écoule entre solitude et frustration. Alors qu’il propose ses services comme jardinier, il rencontre Helen, une héritière marginale qui vit seule avec ses animaux. Ensemble, ils se construisent une vie à part. Quand Helen disparaît tragiquement, la colère et la solitude de Nitram ressurgissent. Commence alors une longue descente qui va le mener au pire.      

Nitram | Ad Vitam
Nitram | Ad Vitam

Nitram

Note : 4.5 sur 5.

C’est une réalisation de Justin Kurzel qui c’était fait connaitre du grand public avec Assassin’s Creed. Le scénario a été écrit par Shaun Grant en s’inspirant du drame de Port-Arthur. Nitram a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2021, où Caleb Landry Jones a obtenu le Prix d’interprétation masculine.  Ce drame australien sortira le 11 mai 2022 en salle.

Un événement dramatique ayant marqué l’Australie

Il y a des drames qui touchent au plus profond des pays durant plusieurs générations. Celle de Port-Arthur en Australie est peu connue en France, surtout qu’il s’est déroulé il y a trente ans. C’est donc avec un regard nouveau qu’on va voir ce qui s’est déroulé dans les années 90 dans ce pays à l’autre bout du monde. Il est venu l’heure d’observer la vie de Martin Bryant dit Nitram. Un jeune homme perturbé que différents événements vont pousser vers le fond. 

Ce film va donc se pencher sur ce solitaire. Son manque d’empathie sociale l’empêche de se construire une vie. C’est passionnant de le voir évoluer dans un monde lui étant hostile. Son comportement n’a pas de limites, car il ne se rend pas compte des normes sociales. Nitram ne verra aucun inconvenant de donner des pétards à des enfants pour s’amuser un bon coup. Ce côté instable va mettre de l’inattendue. À chaque instant, on se doute que la poudre peut exploser. L’aspect est véritablement dramatique. Bien qu’on soit de son point de vue, il est difficile de se mettre dans sa tête, en revanche, on arrive à comprendre la vision de son entourage. Que ce soient ses parents désespérés par son comportement, ou celui d’Helen ayant beaucoup d’affection pour lui. L’évolution de ces différents rapports sociaux est donc intéressante. 

Nitram | Ad Vitam
Nitram | Ad Vitam

Dans la tête de celui qui va tout provoquer

Les événements vont mener Nitram sur une pente glissante. La montée en puissance est des plus prenantes. Chacune de ses prises de tête va permettre de voir sa violence potentielle. Son attitude en devient glaçante par le peu d’humanité dont il fait preuve. Cela explique la fin qui laissera sans voix. Ce final magistral donne une tout autre envergure à ce drame. Une seconde lecture sera même profitable une fois que l’on connaît le tableau entier. On aura d’ailleurs l’information des répercussions de cet événement dramatique sur la vie quotidienne en Australie. Cela donne d’autant plus d’impact. 

Si le résultat est si puissant, c’est en grande partie dû à la performance mémorable de Caleb Landry Jones. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il a obtenu le Prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes 2021. Ce rôle est digne des plus grands. Il est en effet des plus difficiles d’interpréter la folie pure, et il le fait parfaitement. L’Américain est tout de même bien entouré avec la talentueuse Essie Davis vue l’an dernier dans Milla, Judy Davis et l’incontournable Anthony LaPaglia connu grâce à la série FBI : portés disparus.   

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :