Sans Frapper – Libérer la parole sur les violences sexuelles

Sans Frapper : Ada a dix-neuf ans. Elle accepte d’aller dîner chez un garçon qu’elle connaît. Tout va très vite, elle ne se défend pas. Son corps est meurtri, son esprit diffracté. Le récit d’Ada se mélange à ceux d’autres, tous différents et pourtant semblables. La même sale histoire, insensée et banale, vue sous différents angles.

Sans Frapper | a Vingt-Cinquième Heure
Sans Frapper | La Vingt-Cinquième Heure

Sans Frapper

Note : 4 sur 5.


 
C’est une réalisation de Alexe Poukine. Ce documentaire français est disponible le 9 mars 2022 en salle.

Le viol est un crime trop présent dans notre société

En France, en 2021, 34.400 plaintes pour viol sont déposées. Selon les associations, le nombre réel de viol serait de 75.000. Il est difficile pour beaucoup de victimes de franchir cette étape d’aller au commissariat. Sans frapper va montrer que ces viols ne sont pas toujours commis avec l’usage de la force physique. La pression psychologique est tout aussi condamnable. Avoir une relation sexuelle avec une personne sans son consentement, même si c’est fait sans porter des coups, est moralement inacceptable, et de pénalement condamnable.   

C’est donc dans ce contexte lourd que va se dérouler ce documentaire. Ici pas d’images-chocs, de chiffres ou encore de sociologue afin de parler de cette immondice. Nous allons nous pencher sur des femmes violées. Durant 1h25 vont passer devant la caméra de nombreuses femmes à qui ce drame est survenu. Leur grand nombre va avoir pour conséquence de nous faire comprendre que nous sommes dans une problématique de société. Cela va au-delà du crime isolé. Il y a derrière ces actes un véritable problème d’éducation. Il n’est pas normal que tant d’hommes s’octroient le droit de disposer du corps des femmes.   



Sans Frapper | a Vingt-Cinquième Heure
Sans Frapper | La Vingt-Cinquième Heure

J’aime cet article de Sans Frapper

Et ces femmes en temoignent

Le courage qu’il a fallu avoir à ses femmes pour témoignage devant la caméra est extraordinaire. Elles ont eu le temps de prendre du recul sur la situation. On va sentir le déchirement de reparler de ses moments, en revanche, les émotions ne vont pas prendre elle dessus. C’est impressionnant cette façon dont elles racontent tout cela. Il faut avoir le cœur accroché devant tant d’atrocités. On va donc écouter attentivement chaque prise de parole. Le récit d’Ada sera celui en fil rouge.   

La force va venir du choix de faire raconter le récit d’Ada par différentes femmes. Comédiennes ou non, elles vont chacune continuer l’histoire traumatisante de cette femme. À la suite de cela, les paroles vont se libérer et on écoutera les différents témoignages. Un axe d’approche pertinente, car il va globaliser la parole.    

Vous pouvez continuer à nous suivre via

La bande annonce

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :