West Side Story – Steven Spielberg redonne vie à ce classique de Broadway

West Side Story : WEST SIDE STORY raconte l’histoire légendaire d’un amour naissant sur fond de rixes entre bandes rivales dans le New York de 1957.

Haters

West Side Story

Note : 4 sur 5.

C’est la légende Steven Spielberg qui va faire à son tour l’interprétation de l’œuvre musicale pensée par Arthur Laurents, Stephen Sondheim et Leonard Bernstein. Le scénario a été écrit par Tony Kushner ayant déjà travaillé avec le réalisateur sur Lincoln en 2013 et Munich en 2006. Le 8 décembre 2021 en salle.

Je ne suis pas fan des comédies musicales en général mais j’ai trouvé celle-ci très bien par son cachet.

60 ans les Jets et Shark font vibrer

Déjà, il faut se remettre en mémoire le phénomène West Side Story. L’aventure commença en 1957 avec sa première représentation à Broadway. S’ensuivra alors 732 avant de partir en tournée mondiale qui ira jusqu’à Londres. C’est son adaptation sur grand écran en 1961 qui accrut encore plus sa popularité auprès grand public. Ce dernier remporta 10 Oscars dont celui du meilleur film. La réalisation de Robert Wise et Jerome Robbins devient avec le temps un classique du style musical.

Je n’ai pas vu la version de 1961, je ne ferais donc aucun comparatif. Je tiens juste à dire que faire un remake 60 ans après n’est pas une mauvaise idée. Beaucoup de temps s’est écoulé depuis et cela permet à d’autres générations de découvrir cette œuvre en plus de lui donner un coup de polish. Steven Spielberg est un réalisateur de talent. Son travail de l’image est sublime. Une atmosphère se crée dans ces rues de New York et ce quartier en pleine destruction. On sent quelque chose de grandiose dans les plans. Une volonté de montrer la grandeur de l’œuvre. En revanche, l’histoire en elle-même va être assez classique. Après cela se comprend, on est sur un format comédie musical et donc la présence des chansons empêche un développement complexe de l’intrigue. Cependant, quelques éléments m’ont laissé dubitatif quant à leur déroulement. On voit par exemple un regard se transformer en l’amour d’une vie en une scène ou encore un acte impardonnable finalement pardonné en une chanson. Cette tendance à faciliter le scénario m’a un peu fatigué à force.

Haters

 

 

J’aime cet article sur West Side Story

En poussant la chansonnette dans les rues de New York

Ce qui est important dans un film de ce genre est la musique. Sur ce point, elle est assez réussite. Concrètement, j’ai bien bougé. On retrouve des airs qui sonnent connus comme l’introduction des Jets et leur fameux claquement de doigts, mais aussi des titres devenus culte comme “America”. Forcément, c’est un plaisir à réécouter. D’autant plus que cela s’accompagne de chorégraphie géniale. Que ce soit avec peu de personnages ou plusieurs dizaines, elles sont visuellement superbes. Certaines sont faites pour en mettre plein la vue, d’autres plus feutré pour l’aspect romance et enfin il y en aura aussi qui feront plus rire. Un aspect légèrement comique qui apporte de la fraicheur au récit globalement dramatique. Pour notre plus grand plaisir, tous les acteurs chantent bien sauf Rachel Zegler qui n’était pas agréable pour mes oreilles.

Le plus embêtant c’est qu’elle ne joue pas bien du tout. Elle a tendance à en faire des tonnes. Pour son premier rôle, j’étais assez dubitatif. On est censé la revoir en 2023 dans la peau de Blanche-Neige pour l’adaptation en prise réelle du classique Disney. J’attends donc de voir. Cependant, revoir Ansel Elgort est toujours agréable. Cet acteur est plein de talent et il le prouve encore une fois par une sublime prestation. J’ai aussi beaucoup apprécié les performances de Mike Faist et David Alvarez. Il faut cependant m’expliquer pourquoi les passages en espagnol ne sont pas sous-titrés alors que certains sont importants. Heureusement que je comprends mais vue les commentaires que j’ai entendus dans la salle, ce n’était pas le cas pour tout le monde.

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Visitez le site de notre Partenaire YouthCulture

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :